Confidentiel : Quand l'avocat et le businessman ne font pas bon ménage
Ils étaient comme deux doigts de la main lors des dernières législatives. L'avocat et le businessman filaient le parfait amour.
confidential Politique

Confidentiel : Quand l’avocat et le businessman ne font pas bon ménage

Ils étaient comme deux doigts de la main lors des dernières législatives. L’avocat et le businessman filaient le parfait amour. Mais depuis peu, les relations entre les deux colistiers d’une circonscription de la capitale semblent avoir pris l’eau. Certains avancent que, désormais, ils s’échangent très peu de mots, et si jamais ils doivent se communiquer, cela se fait hypocritement. Pour cause, chacun des deux veut être le plus célèbre dans leur circonscription.

En effet, l’avocat connu pour son talent de « faire tapaz dans vide » aurait suggéré quelques points — à travers un courriel — au Premier ministre en ce qui concerne le COVID-19. Courriel qui a été envoyé quelques semaines de cela. Mais, il semble que ses suggestions n’ont pas été retenues. Le businessman n’etant pas resté les bras croisés, en tant que bon imitateur, a lui aussi adressé un courriel au Premier ministre. Tout comme son colistier, il a fait la requête que les  boulangeries opèrent pendant la période du Ramadan.

Après le discours du Premier ministre, ce dernier n’a pas hésité à lancer une pique à son camarade de parti en précisant qu’il est reconnaissant que le Premier ministre se soit montré réceptif à sa requête. Et selon nos informations, cela n’a fait qu’ envenimer la situation entre les deux hommes. Pour infos, l’avocat n’appréciait pas que le businessman se soit pavané qu’il ait financé à lui seul la campagne du parti dans la circonscription. Affaire à suivre…

Confidentiel : Quand l’avocat et le businessman ne font pas bon ménage