CWA – Collendavelloo : «Pas de mélange d'eau brute non traitée avec de l'eau traitée pour un usage potable»
Ce "statement" fait suite aux récents articles de presse faisant la fusion des résultats d’une étude réalisée par le Laboratoire national de l’environnement dans le cadre d’un projet financé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et de la qualité de l’eau fournie par la Central Water Authority.
Actualités

CWA – Collendavelloo : «Pas de mélange d’eau brute non traitée avec de l’eau traitée pour un usage potable»

Dans une déclaration à l’Assemblée Nationale, ce mardi 21 mai, le Premier ministre suppléant et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo a rassuré la population : «Il n’y a pas de mélange d’eau brute non traitée avec de l’eau traitée pour un usage potable.»  Ce “statement” fait suite aux récents articles de presse faisant la fusion des résultats d’une étude réalisée par le Laboratoire national de l’environnement dans le cadre d’un projet financé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et de la qualité de l’eau fournie par la Central Water Authority.

«L’étude de l’AIEA, qui a débuté en 2016, avait pour objectif d’évaluer la pollution des rivières et des cours d’eau dans les banlieues de Port Louis, qui se déversent dans la baie de Port Louis. Il s’est concentré sur les bassins versants de la rivière Grand Nord-Ouest, de la rivière Tombeau et de Rivulet Terre Rouge et de forages. Deux des forages concernés par les conclusions préliminaires mentionnées par l’AIEA sont des forages agricoles et ne sont pas utilisés pour l’approvisionnement en eau potable», a affirmé Ivan Collendavelloo. Il a souligné que cette étude est toujours en cours et constituera la base d’un rapport complet avec des recommandations.

«Ces études font partie de notre plan d’action pour surveiller nos eaux souterraines et de surface. Mon ministère a mené une étude similaire dans le cadre du projet financé par le Programme des Nations Unies pour l’environnement de 2016 à 2018 dans l’aquifère nord pour évaluer l’intrusion d’eau salée et d’autres substances dans les eaux souterraines», a-t-il déclaré.

Pour ce qui est de l’eau fournie à des fins potables, le Premier ministre a soutenu que la CWA a l’obligation légale de respecter un ensemble de paramètres prescrits dans le règlement de 1996 sur la protection de l’environnement (normes relatives à l’eau potable), qui est conforme aux normes de l’OMS.

«L’eau fournie à Port Louis est traitée dans les stations d’épuration de Pailles et de Nicolière. L’eau extraite des rivières est traitée par des installations de filtration et chlorée», a soutenu Ivan Collendavelloo. Il a souligné que dans ses réponses aux questions précédentes, il avait informé la Chambre que le laboratoire de la CWA, accrédité ISO 17025, effectuait 200 tests par mois sur des échantillons prélevés sur 140 sites. «La CWA a également recours à un laboratoire indépendant selon les besoins. Des tests sont également effectués par le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie et par le Laboratoire national de l’environnement afin de garantir le respect des normes relatives à l’eau potable», a précisé Ivan Collendavelloo. «J’ai obtenu l’assurance de la CWA qu’il n’y a pas de mélange d’eau brute avec de l’eau traitée dans aucune région de Maurice», a-t-il renchéri.

CWA – Collendavelloo : «Pas de mélange d’eau brute non traitée avec de l’eau traitée pour un usage potable»