De Zorro à zéro !
Actualités opinion

De Zorro à zéro !

De Zorro à zéro !

L’ancien Premier ministre, Navinchandra Ramgoolam, a un problème, un problème lié à l’oubli, à la vulgarité et aux actions indignes d’une personne qui a été à la tête d’un gouvernement. À l’approche des élections générales, il a commencé à multiplier les gaffes et à marcher sur des terrains glissants. Cela équivaut ni plus ni moins à chuter de la Tour Eiffel pour atterir dans la mare de Curepipe…

Ce qui s’est passé le samedi 16 mars à l’entrée principale de la MBC est choquant et déplorable. NCR a insulté ceux qui venaient lui offrir une bouteille d’eau. Il a oublié qu’offrir de l’eau ou une tasse de thé, même à un ennemi qui  se présente à votre domicile ou à votre bureau est considéré comme un signe déférence, comme une bonne étiquette. Au lieu de faire preuve de respect, NCR a choisi de lancer des propos orduriers et vulgaires qui ont choqué plus d’un, y compris les membres de son parti, qu’il ignore souvent pour renforcer sa propre image. N’est-ce pas que c’est déplorable ?

Pire encore, l’homme qui prétend défendre les pauvres, les sans-voix et les personnes vulnérables, ne sait même pas que les consommateurs paient Rs 150 à titre de redevance à la MBC, et non Rs 100, comme à l’époque où il était Premier ministre. Cet homme, qui se bombe souvent le torse pour proclamer haut et fort: « Vous n’avez pas rien à craindre quand je suis là », est celui qui a revu à la hausse, de Rs 100 à Rs 150, la redevance mensuelle payable à la MBC, et cela aussi, en violation de la loi sur la concurrence de 2007 et contre les protestations de centaines de pauvres et de personnes vulnérables.

La manifestation du samedi était censée être pacifique. Pacifique pour nous, veut dire: une situation qui témoigne de tranquillité, qui n’a pas de caractère agressif. Mais ce que nous avons vu samedi était choquant. Les activistes rouges, dont beaucoup ont été payés pour gonfler la foule, ont essayé de forcer la porte d’entrée, hurler des slogans vulgaires et proférer des insultes à l’égard du personnel de la MBC—la politesse des énergumènes.

L’ancien Premier ministre aurait dû le savoir. Le MBC est une zone protégée. Personne n’est autorisé à manifester violemment devant ses portes. Il sait également que les protestations concernant les émissions diffusées sur le MBC peuvent être adressées à un comité des plaintes (complaints committee), qui est indépendant de l’IBA et présidé par un légiste. L’alternative est d’aller en Cour. Il ne convient pas qu’un ancien Premier ministre agisse de la manière qu’il l’a fait samedi dernier. Déplorable !

Il est clair pour la population que NCR n’a jamais porté d’intérêt aux pauvres et aux personnes vulnérables. Il n’est que trop bon pour parler grand, promettre grand – comme « je changerais votre vie en 100 jours » – et finalement ravaler toutes les promesses. De 2006 à 2014, son gouvernement n’a pipé mot sur le salaire minimum, ni présenté une proposition sur le financement des partis politiques, la réforme électorale ou la réorganisation des circonscriptions électorales afin de créer des conditions égales pour tous. Son seul intérêt est d’être de retour au pouvoir à tout prix. Une ambition qui souvent dépasse son intelligence.

N’est-il pas temps qu’il reconnaisse ses limites et ses échecs… ?

De Zorro à zéro !