Decolonisation de Chagos: l’apport de l’Inde vital
Actualités

Decolonisation de Chagos: l’apport de l’Inde vital

Les efforts de Maurice pour rétablir sa souveraineté sur l’archipel des Chagos et sa décolonisation totale pourraient nécessiter l’appui de l’Inde.

Pinak Ranjan Chakravarty, ancien ambassadeur et secrétaire au ministère des Affaires extérieures, déclare que l’Inde peut jouer un rôle vital dans la conclusion d’un accord avec la Grande-Bretagne et les États-Unis.

Dans « The Hindu », de Chennai, du jeudi 6 juin, Chakravarty note dans ses opinions exprimées a titre personnelles : « Les liens en matière de défense entre l’Inde et les États-Unis ont considérablement progressé avec la signature du mémorandum d’accord sur l’échange logistique, qui prévoit un accès mutuel des forces armées des deux pays à certaines installations militaires. »

Il fait également ressortir que d’autre accord bilatéral important dont l’accord de sécurité et de communication, afin de faciliter la communication cryptée entre les deux armées. Ces développements ont une incidence sur Diego Garcia et la vision plus nuancée de l’Inde sur cette base militaire.

À terme, la question de la souveraineté devra être réglée par des accords autorisant le maintien de la base militaire de Diego Garcia avec la garantie que Maurice conservera sa souveraineté sur l’archipel des Chagos. Maurice acceptera de louer l’île pour une longue période aux États-Unis pour l’entretien de la base militaire.

« Le rôle du Royaume-Uni est plus problématique au lendemain du jugement de la CIJ et de la résolution des Nations Unies. Il serait préférable que Londres se rétracte et cède sa souveraineté à Maurice, tout en mettant au point un accord de location avec les États-Unis. L’Inde peut jouer un rôle essentiel dans la réalisation de cet accord, » avance Pinak Ranjan Chakravarty.

Pour rappel, l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a voté le mois dernier à une très large majorité (116 sur 193 membres) pour exiger que le Royaume-Uni «retire son administration coloniale» dans les six mois suivant l’archipel des Chagos dans l’océan Indien en faveur de Maurice. L’archipel est mieux connu pour abriter la base militaire américaine de Diego Garcia. Le vote non-contraignant fut une réprimande du Royaume-Uni.

Mesures coercitives

Depuis plusieurs décennies, l’archipel des Chagos est à l’origine d’un différend entre Maurice et le Royaume-Uni à propos de la décision prise en 1965 de séparer Diego Garcia du reste de l’archipel pour la mise en place de la base militaire, en collaboration avec les États-Unis. colonie, a obtenu son indépendance en 1968, mais le Royaume-Uni a refusé de restituer l’archipel des Chagos, revendiquant sa souveraineté sur les îles.

Le Royaume-Uni a dépeuplé Diego Garcia en expulsant tous ses habitants pour faciliter la construction de la base militaire, ne versant que 4 millions de livres à titre de compensation à Maurice. En violation des lois internationales relatives aux droits de l’homme, le Royaume-Uni a déplacé de force, entre 1967 et 1973, environ 1 500 Chagossiens à Maurice et aux Seychelles, les empêchant de rentrer chez eux. Le conflit s’est aggravé au fil des décennies et Maurice, conformément à sa Constitution, a à juste titre revendiqué la souveraineté sur les Chagos et contesté la position du Royaume-Uni.

En février de cette année, la Cour internationale de justice (CIJ) avait décidé que le Royaume-Uni avait «illégalement» détaché Diego Garcia de l’archipel et divisé les îles. La décision, également non contraignante, relevait que la décolonisation de Chagos était incomplète et que le Royaume-Uni avait l’obligation d’achever le processus de décolonisation. Le tribunal rejeta l’argument du Royaume-Uni selon lequel la CIJ était incompétente et il s’agissait d’un problème bilatéral.

Selon Chakravarty, l’Inde a joué un rôle important, loin de la lumière du public, dans toute cette affaire. Les relations de l’Inde avec Maurice sont uniques et il était évident que l’Inde soutiendrait fermement les revendications de Maurice, compte tenu de son rôle actif dans la décolonisation.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont tenté d’influencer l’Inde pour restreindre Maurice. Les deux pays ont fait savoir à Maurice qu’ils ne pouvaient pas remettre les Chagos tant que cela serait nécessaire à des fins de défense. La vue réaliste est que rien ne changera, mais des aménagements ou des accords pourront être trouvés. L’Inde est susceptible de jouer un rôle non négligeable dans l’élaboration d’un modus vivendi.

Bien que l’Inde fût un critique acharné des bases militaires de l’océan Indien pendant la guerre froide, les changements géostratégiques des trois dernières décennies ont créé de nouveaux défis, la Chine faisant une percée dans l’océan Indien et occupant illégalement des îles dans la mer de Chine méridionale. . L’empreinte croissante de la Chine dans le domaine maritime a entraîné des mesures compensatoires dans la formation du Quad, une formation lâche de l’Australie, du Japon, de l’Inde et des États-Unis, et le changement de nom du commandement américain du Pacifique en commandement indo-pacifique. .

Decolonisation de Chagos: l’apport de l’Inde vital