Déconfinement - Drogue: Rajeshnarain Gutteea parle de bombe à retardement
“Nous courons le risque d’avoir une bombe à retardement à l’Ile Maurice par rapport à la drogue, aux chambres à louer, discothèques, “game houses”, ou encore aux salons de massage transformés en hotels de prostitution”,  a affirmé,  Rajeshnarain Gutteea.
Actualités

Déconfinement – Drogue: Rajeshnarain Gutteea parle de bombe à retardement

En marge du déconfinement progressive, le fonctionnaire et  travailleur social, Rajeshnarain Gutteea, évoque le risque d’avoir une bombe à retardement à Maurice par rapport au trafic de drogue et autres trafic illicites: salons de massage, pensionnats transformés en maisons de passe,  prostitution, proxénétisme…Cela avec en toile de fond, l’arrestation d’un couple avec la drogue, à Quatre-Bornes. De ce fait, celui qui avait déposé devant la Commission d’enquête Lam Shang Leen sur la Drogue en 2017 appelle à la vigilance des autorités.

“Nous courons le risque d’avoir une bombe à retardement à l’Ile Maurice par rapport à la drogue, aux chambres à louer, discothèques, “game houses”, ou encore aux salons de massage transformés en hotels de prostitution”,  a affirmé,  Rajeshnarain Gutteea. Selon lui, de caïds internationaux seraient dans l’attente de la réouverture des ports et aéroports pour acheminer leurs cargaisons de drogues à Maurice pour être écoulés sur le marché local, c-à-d pour être consommés par des toxicomanes et  des passagers qui seront en transit à Maurice. 

“Des marchands de la mort envisagent de faire des ravages après le déconfinement, car ils ont un gros stock à écouler sur le marché local,” s’insurge Rajeshnarain Gutteea

“Des marchands de la mort envisagent de faire des ravages après le déconfinement, car ils ont un gros stock à écouler sur le marché local, Cela d’autant plus que pendant la période de couvre-feu sanitaire, le confinement, les activités de drogue, de prostitution, proxénétisme…étaient en veilleuse”, estime ce travailleur social. Selon lui, la réouverture des commerces illicites susmentionnés constituent  “un gros danger pour le pays.”

Les régions à risques, voire les “hot spots” indique-t-il sont Pointe aux piments, Pointe aux Sables, Trou aux Biches, Grand Baie, Cite Kennedy, Port Louis Jardin, La Salines, Goodlands, Argy, Mahebourg, Flic-en-Flac, Rose-Hill et Beau-Bassin.

Rajeshnarain Gutteea maintient qu’un contrôle stricte par la force policière “parski bann baron la drogue zot la coupe en retard.”

Rajeshnarain Gutteea maintient qu’un contrôle stricte par la force policière “parski bann baron la drogue zot la coupe en retard.” “Bizin guett osi certain taxi Marron ki pa finn travay pendan confinement pou envy travay pou bann proxenete, prostitutier, mafia La drogue pou gagne gros larzan”,  affirme-t-il.

Aussi, il soutient la nécessité d’un contrôle renforcé sur les expatriés qui fréquentent les discothèques.

A son avis, il ne faudrait passer sous silence les accès aéroportuaires. “Les barons de drogue vont vouloir écouler leurs drogues dans des gares routières, des collèges…La police, doit agir, surtout la Brigade des MIneurs pour intimer l’ordre aux collégiens de prendre place à bord des autobus et de ne pas les laisser y faire des attroupements”,  insiste Rajeshnarain Gutteea. “Un controle rigoureux doit être exercé sur le mouveaux des yachts, la vente de psychotropes…”, maintient-il.

Déconfinement – Drogue: Rajeshnarain Gutteea parle de bombe à retardement