Des peluches faites à partir de pantoufles
Une alternative à la poubelle.
Actualités

Des peluches faites à partir de pantoufles

Une alternative à la poubelle. C’est ainsi que se présente le projet « Junk Art Gallery » du groupe LUX*. Les hôtels du groupe proposent ainsi des cours et les ateliers d’art permettant aux clients de créer des œuvres d’art uniques et des souvenirs durables à partir de matériaux recyclés. Au LUX* Grand Gaube, le Junk Art Gallery propose depuis peu des peluches, principalement des dodos et des singes, fabriqués à partir de pantoufles recyclées. La technique de confection est expliquée aux clients qui veulent s’y essayer, à travers des ateliers. L’équipe du LUX* Grand Gaube  a également formé des femmes entrepreneurs de la région afin qu’elles aussi puissent confectionner ces peluches.

« Chaque mois, ce sont des milliers de paires pantoufles qui sont mis à la poubelle. Le groupe a toujours eu à cœur la protection de l’environnement et a mis en place des mesures afin de réduire son impact écologique. Au-delà de la protection de l’environnement, il était également important pour nous d’apporter notre soutien à la communauté de Grand Gaube. Ces pantoufles qui autrefois finissaient à la poubelle ont aujourd’hui une seconde vie. Cela nous permets à la fois de proposer une activité fun et ludique à nos clients, et peut devenir une source de revenu pour des gens de la région, » explique Brice Lunot, le General Manager du LUX* Grand Gaube.

En interne, c’est l’équipe du Housekeeping qui se charge de la collecte des pantoufles une fois que les clients ont remis leurs clés à la fin de leur séjour au LUX* Grand Gaube. Les pantoufles sont ensuite désassemblées méticuleusement par l’équipe du Junk Art Gallery. Les différentes pièces sont ensuite lavées et désinfectées avant d’être entreposées, en attente du travail de confection. « Une fois que nous nous sommes décidé à mettre en place ce projet, nous avons tout de suite essayé de faire des peluches, mais il fallait encore trouver la bonne forme et la bonne technique. Il nous a fallu quelques essaies avant de réussir nos premiers prototypes. Les deux formes que proposons en ce moment sont le Dodo et le singe car ils sont plus simple pour ceux qui essaie, et très populaires auprès des clients. Beaucoup d’entre eux en ramènent d’ailleurs à la fin de leur séjour chez nous, » confie Sebastien Ladouceur, le responsable du Junk Art Gallery.

Il faut compter environ 5 et 6 pantoufles pour le montage d’un dodo, et entre 10 et 15 pantoufles pour le singe. Le temps de travail varie entre 30 minutes et 1 heure, dépendant de la dextérité de celui qui s’y essaie. En effet, il ne s’agissait pas pour l’équipe de simplement faire des peluches à partir de pantoufles, mais bel et bien de partager ce savoir-faire. Hormis les clients de l’hôtel, Sebastien et son équipe ont également partagé leur technique avec des femmes entrepreneurs de la région de Grand-Gaube, avec le soutien de Caritas. Ces entrepreneurs reçoivent désormais gratuitement des pantoufles usagées qu’elles peuvent transformer et revendre.

Des peluches faites à partir de pantoufles