Entre vulnérabilité et irresponsabilité
Actualités opinion

Entre vulnérabilité et irresponsabilité

What’s in a name ? Fortes pluies, grosses averses, pluies diluviennes, flash floods, pluies torrentielles…Toutes ces appellations mises en avant par les services météorologiques ne servent à rien. Cela d’autant plus qu’à la moindre pluie, plusieurs régions de l’Ile Maurice sont inondées et plusieurs familles en sont des victimes. Selon les prévisionnistes des Services Météorologiques de Vacoas, le pire, voire le chaos est à venir par rapport aux inondations.

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays dimanche doivent susciter une profonde réflexion chez nos décideurs politiques et nécessiter des mesures appropriées et durables en vue d’atténuer la situation et d’alléger le fardeau de la population. Plus que jamais, le pays a besoin d’un wake-up call.

Nous n’en disconviendrons pas de la vulnérabilité de l’Ile Maurice qui est un Petit Etat Insulaire. Nous n’en disconviendrons pas que Maurice n’est pas à l’abri des effets des changements climatiques qui constituent une grave menace pour la Planète Terre. Ce qui occasionne des pluies intenses. Il pleut des cordes dans une ou plusieurs régions spécifiques en peu de temps, provoquant des précipitations, des accumulations d’eau et des inondations. Ce qui provoque des cyclones, des ouragans ou encore des tornades beaucoup plus puissants qu’à l’époque.

Au-delà de tout cela, il y a la lourde irresponsabilité de certains promoteurs immobiliers et des citoyens. Il est un fait qu’au cours de ces deux dernières décennies au nom du développement et de projets hôteliers, plusieurs  Storm Drains, drains naturels, sites marécageux et autres Wetlands ont été obstrués et comblés dans diverses régions du pays, notamment à Grand Baie, Pereybère, Terre Rouge, Trou aux Biches, Pointe aux Piments, Riche Terre, Bain Bœuf, entre autres.

L’importance et les conditions de l’Environment Impact Assessment (EIA) ont été envoyées aux calendes grecques. Il a été trop facile pour le régime du Parti Travailliste de simplifier les conditions pour l’obtention du Building Permit sans avoir la nécessité d’avoir l’aval du ministère des Infrastructures Publiques après la prise du pouvoir en 2005 ; de donner les coudées franches aux Collectivités Locales ( conseils de districts et mairies) pour l’octroi des permis de construction ;  ou encore la mise en place d’un comité exécutif du genre de fast track committee  au sein des Collectivités Locales pour délivrer des Building Permits. Par conséquent, des Building Permits ont été octroyés comme des petits pâtés avec en filigrane une politique de petits copains et la corruption.

Comme preuve, on se souvient qu’à la suite des inondations meurtrières du 26 mars 2008 à Mon Goût, ravageant les villages de Pamplemousses et Flacq, Anil Baichoo, ancien ministre des Infrastructures Publiques avait révélé lors de l’inauguration de Triolet By-pass que ces inondations sont provoquées par des drains naturels qui ont été obstrués par certains établissements sucriers et qu’il avait réclamé une enquête sur la question. Bientôt 11 années se sont écoulées, nous ignorons encore les résultats de ce rapport et encore moins les recommandations. Ces recommandations ont-elles été mises en œuvre ou dorment-elles dans un tiroir ? L’ancien ministre Baichoo avait-il intimé l’ordre à ces établissements sucriers, auxquels il faisait référence pour rouvrir les drains naturels et des Storm Drains qui traversent leurs champs de cannes pour se jeter dans la mer.

Depuis décembre 2018, des fortes averses qui s’abattent sur le pays rendent plusieurs régions du pays, à l’instar de Cottage, Baie du Tombeau, Terre Rouge, Canal Dayot… davantage plus vulnérables.

Hier lors de sa conférence de presse, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, commentant la  catastrophe de dimanche dernier, a tourné le couteau profondément dans la plaie. Outre un survey, il a concédé le manque de drains, les lacunes et autres dysfonctionnements des drains, déjà aménagés au coût de plusieurs milliards de roupies. Il a soutenu que certains devront être revues, voire agrandies.

Il y a aussi l’irresponsabilité des citoyens qui jettent ou balancent tous leurs déchets dans des rivières, caniveaux, drains, drains naturels…En dépit de toutes les campagnes de sensibilisation menées par le gouvernement et les ONGs, ils ne veulent rien comprendre.

Plus que jamais, le gouvernement est appelé à prendre des mesures draconiennes, n’en déplaisent à certains gros promoteurs et établissements sucriers pour rouvrir tous les storm drains et drains naturels qui sont obstrués à travers le pays.

Entre vulnérabilité et irresponsabilité