Actualités

Feu Ah Fat Lan Hing Choy : « Navin Ramgoolam contrôlait tout… »

Soyons sérieux vous autres ! En lisant le communiqué du Parti Travailliste, c’est un sentiment de panique qui semble ronger les Rouges davantage. Alors d’un côte, la MCB par le biais d’un communiqué fait ressortir : « Ces documents qui tombent directement sous le sceau du secret bancaire, avaient été remis aux autorités dans le cadre de deux enquêtes, pour lesquelles nous avons été tenus de coopérer. » Des paroles qui justifient clairement l’authenticité de ces documents bancaires qu’Inside News et autres rédactions ont publiés. Comment Navin Ramgoolam et le Parti Travailliste osent avancer le contraire si ce n’est  qu’une tentative échouée de cacher « so magouille ».

Pourquoi se cacher derrière le mort. Feu Ah Fat Lan Hing Choy se retourne dans sa tombe. Rafraîchissons la mémoire de Navin Ramgoolam et ses fidèles suiveurs que dans un entretien accordé à notre confrère L’express, l’ex-trésorier du Parti travailliste, Feu Ah Fat Lan Hing Choy avait fait ressortir : « Navin Ramgoolam contrôlait tout… » On vous propose ci-dessus quelques extraites de cet entretien :-

■ Vous allez chercher vos relevés bancaires aux Casernes centrales, vous ?
D’une, ce n’est pas mon argent. Et de deux, je ne gérais pas ce compte-là. Je m’occupais de l’autre.

■ L’autre ?
À la Barclays. Le Mauritius Labour Party (PTr) a un compte là-bas. Il sert aux dépenses courantes du parti, les salaires du staff, les campagnes électorales.

■ Mais ce n’est pas ce compte-là qui intéresse la police…
Non, c’est celui de la MCB.

■ Ce compte payait quoi ?
Je ne sais pas, je n’ai jamais fait la moindre transaction. C’est ce que j’ai expliqué à la police.

■ Depuis quand étiez-vous co-titulaire de ce compte ?
Mi-2012. Jusqu’à fin 2014, je n’ai fait aucune opération. Zéro dépôt, zéro retrait, zéro virement. Je ne recevais ni chéquier, ni relevé. Tout cela est vérifiable auprès de la MCB.

■ À quoi bon avoir la signature, alors ?
Je vous l’ai dit, j’étais responsable de l’autre compte, celui de la Barclays. J’avais la signature du compte joint parce qu’il était connecté au PTr, indirectement, à travers le leader. C’est lui qui contrôlait tout, je n’intervenais pas.

La réponse de Feu Ah Fat Lan Hing Choy est limpide. D’un revers de main, il contredit le communiqué officiel du Parti Travailliste car « c’est Navin Ramgoolam qui contrôlait tout ! » Il ne faut pas oublier non plus que l’ex-trésorier du Parti travailliste avait juré un affidavit en Cour où il avait expliqué clairement qu’il ne gérait pas le ou les comptes du Parti Travailliste et ce droit revenait uniquement à Navin Ramgoolam.

Notre confrère Le Mauricien avait également étalé cette affaire le 10 juin 2015. Le journaliste de quotidien évoque : « Comme il l’avait fait ressortir lors de son interrogatoire “Under Warning” au QG du Central CID, Ah Fat Lan Hing Choy maintient en effet ne rien savoir de ce compte conjoint à la MCB. Ce qu’il aurait fait comprendre dans un contre-affidavit juré suite à la demande d’injonction de Navin Ramgoolam contre le gel de ce compte conjoint. Il ajoute n’avoir aucune connaissance des transferts et autres virements bancaires opérés sur ce compte, même si officiellement son nom est cité à côté de Navin Ramgoolam. De ce fait, l’argumentation avancée par ce dernier à l’effet que ce compte est alimenté par des contributions de sympathisants pour les besoins du PTr se retrouve nettement affaiblie. »

La question qui nécessite d’être posée : Est-ce que Patrick Assirvaden, président du PTr, avant de rédiger à la va-vite ce fameux communiqué, a-t-il questionné Navin Ramgoolam pourquoi tout cet argent a été transféré sur son compte personnel et qu’a-t-il fait avec l’argent du parti ? On est tenté de dire que Patrick Assirvaden n’a pas jugé important de le faire par il semble être trop pressé juste pour défendre indéfendable au détriment de tous ces partisans Rouges qui contribuaient régulièrement de leur maigre revenu. Hélas, c’est non seulement un manque de considération mais c’est également un manque de respect vis-à-vis de leurs propre partisans.

« Arrête cachiète derrière enn mort pou cachiète ou pêché, » ce sont les sentiments des internautes à l’égard de Navin Ramgoolam. Et pendant ce temps, le « lion…sot », lui, joue au abonné absent…

Feu Ah Fat Lan Hing Choy : « Navin Ramgoolam contrôlait tout… »