Financements politiques - Bérenger: “C’était une erreur de notre part d’accepter cette contribution de Rs 10 M”
La démission de cinq membres du MMM apporte dans son sillage le fameux chèque de Rs 10 M que la direction des Mauves a empoché de Dawood Rawat en marge des élections générales de 2014.
Actualités Politique

Financements politiques – Bérenger: « C’était une erreur de notre part d’accepter cette contribution de Rs 10 M »

« Je reconnais que c’était une erreur de notre part d’accepter cette contribution de Rs 10 M, » aveu de taille du leader du MMM, Paul Bérenger, lors de la conférence de presse, à l’issue de la réunion du Comité Central élargi, à Hennessy Park Hotel, Ebène, samedi 31 août. La démission de cinq membres du MMM apporte dans son sillage le fameux chèque de Rs 10 M que la direction des Mauves a empoché de Dawood Rawat en marge des élections générales de 2014.

Mais, lors de cette conférence de presse, Paul Bérenger a maintenu: « Ce n’était pas un chèque de la BAI. C’était un banker’s cheque. C’est Sanjeeven Permall qui persiste avec cette affaire de ce chèque. C’était Bramer Bank qui avait émis ce chèque au nom d’un ‘client’. »

Dans un autre volet de sa conférence, Paul Bérenger a réfuté un article de l’express en date du 23  août, à l’effet que le MMM aurait « accepté des transfuges. » Ainsi, il a expliqué dans les détails et en citant des dates comment Ashok Jugnauth et Sekar Naidu s’étaient adherés au MMM et dans quelles circonstances, il avait cumulé les fonctions de leader de l’Opposition en 2005 et 2007 en passant par Nando Bodha en 2006.

Aussi, le leader des Mauves est revenu sur cette question de dynastie. Arguant sur la structure et le fonctionnement du parti, il a maintenu qu’il n’y aurait pas de dynastie au MMM. “Tout candidat désigné pour les  élections générales au MMM doit être élu au préalable par sa régionale avant d’être approuvé par le Comité Central”,  a expliqué Paul Bérenger. “Les points clés du MMM sont l’honnêteté et les principes démocratiques et de la méritocratie”, a-t-il renchéri.

Répondant à une question de la presse sur certains députés qui seraient mal à l’aise par la “sérieuse et grave crise” qui secoue le MMM, actuellement, Paul Bérenger a souligné: “S’il y a de camarades qui ne sentent pas à l’aise, ils sont libre d’exprimer leurs points de vues au BP. Mo pa capav rant dan vant dimoun. Dimoun ki ena kitchose pou dire, zot bzin dir.”

Abordant la question d’alliance électorale, Paul Bérenger a dit reconnaître un seul Ptr avec à la tête, Navin Ramgoolam et un seul MSM avec la tête, Pravind Jugnauth. “Ce n’est pas avec plaisir que nous irons seuls aux élections générales. Il n’y a pas de tabou au MMM. Nous avons analysé toutes les options. Il nous est impossible de contracter une alliance, ni avec le Ptr, ni avec le MSM”,  a réitéré le leader du MMM.

Affirmant qu’entre le Nomination Day, le 17 août à ce jour, il n’y a aucune activité politique au no 7, où une partielle y est prévue le 13 novembre, Paul Bérenger a réitéré avec certitude: “Cette élection partielle se jouera ou ‘le course la pou largue’ entre le Nomination Day et le Polling Day. Nou pe ale pou gagne. Pou ena bel surpriz ek bel sok! Nou pe ale pou gagne ek form gouvernma.”

Financements politiques – Bérenger: “C’était une erreur de notre part d’accepter cette contribution de Rs 10 M”