Gayan : « Une plateforme d’e-commerce pas rentable pour les taxis d’hôtels »
Anil Gayan demande à ce que la Fédération des Taxis d’hôtels « rassemble toutes les ressources » et de créer une seule plateforme.
Actualités

Gayan : « Une plateforme d’e-commerce pas rentable pour les taxis d’hôtels »

Selon le ministre Anil Gayan, la mise en place d’une plateforme d’e-commerce ne serait pas rentable pour les taxis d’hôtels. Il répondait à une question mardi au Parlement à propos de la mise en place d’un ‘Taxi Desk’ au niveau des hôtels le ‘Online Booking System’.

« Avec le système de réservation en ligne des taxis, des restaurants ou autres activités, cela devient difficile pour les taxis d’hôtels d’avoir des clients. Les touristes ont déjà réservé en avance », a ajouté le ministre.

Anil Gayan demande à ce que la Fédération des Taxis d’hôtels « rassemble toutes les ressources » et de créer une seule plateforme. « But this is Mauritius, people are reluctant to change », a-t-il ajouté. Le ministre se dit toutefois ouvert aux propositions et se dit prêt à aider.

De plus, le ministre a affirmé qu’en Avril 2016, il a été convenu de mettre en place un ‘Taxi Desk’ dans les hôtels avec une capacité de 50 chambres. Il y a au total 85 hôtels qui sont concernés. Anil Gayan a déclaré que 40 hôtels ont déjà installé des ‘Taxi Desks’. 12 ont laissé entendre que les opérateurs de taxis étaient satisfaits avec les arrangements actuels. D’autre part, certains hôtels ne sont pas intéressés avec la mise en œuvre d’un ‘Taxi Desk’. Le ministre a aussi souligné que 22 hôtels sont en négociation avec les autorités pour la mise en place d’un ‘Taxi Desk’. D’autre part, 11 hôtels n’ont pas instauré cette mesure.

Anil Gayan a aussi expliqué qu’un appel d’offres avait été lancé pour l’instauration d’une plateforme en ligne pour les taxis d’hôtels. Cependant, suite à l’avis du Public Procurement Office, l’appel d’offres a été annulé.

Anil Gayan a aussi souligné qu’un comité technique comprenant des différentes parties prenantes, dont la Tourism Authority, la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) était présidé par le Deputy Permanent Secretary du ministère du Tourisme. Le comité a recommandé que la Tourism Authority, étant une instance régulatrice, ne pouvait être impliquée et n’a pas l’expertise pour opérer une telle plateforme.

Le ministre du Tourisme a expliqué que développer une plateforme d’e-commerce pour les taxis d’hôtels ne serait pas rentable. Il a expliqué qu’il y avait déjà cinq plateformes d’e-commerce qui étaient déjà en opération, soit « Ala Li La », « Ala Nou La », « Taxi Service Mauritius », « Ile Maurice Taxi » et « Hugo ».

Le ministre de tutelle a également évoqué une plainte reçue de la Federation of Hotels Taxi Association (FHTA) concernant la mise en opération d’Uber à Maurice. Anil Gayan a, par la suite, expliqué qu’il a présidé une réunion avec la Fédération des Taxis d’hôtels et l’AHRIM (Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’Ile Maurice). « Les parties prenantes ont discuté pour voir comment changer le modèle de travail des taxis à Maurice », a-t-il fait savoir.

Gayan : « Une plateforme d’e-commerce pas rentable pour les taxis d’hôtels »