Guerre contre les flashfloods: l’Etat a injecté Rs 3,3 milliards depuis 2015, d’autres projets à venir
Rs 532 millions déjà investies dans l'aménagement des drains, 332 chantiers sont en phase d’être bouclés où l’Etat a dû débourser Rs 2, 8 milliards.
Actualités

Guerre contre les flashfloods: l’Etat a injecté Rs 3,3 milliards depuis 2015, d’autres projets à venir

Rs 532 millions déjà investies dans l’aménagement des drains, 332 chantiers sont en phase d’être bouclés où l’Etat a dû débourser Rs 2, 8 milliards. Le government actuel, depuis son arrivée au pouvoir, n’a pas lésiné sur les moyens pour faire face à ces ‘flash floods’ et autres catastrophes naturelles qui guettent notre pays.

Des actions concrètes débutées très tôt en 2015 semblent avoir résolu les problèmes dans plusieurs endroits. Ces investissements étaient dans la lignée de l’accord de Sendai de 2015 où chaque gouvernement du monde avait pris l’engagement de réduire les risques et du danger que représentent les catastrophes naturelles.

Outre ces investissement à coup des milliards, il y a eu aussi la proclamation de la Land Drainage Act et une nouvelle Local Government Act pour justement mettre frein à des constructions ‘sauvages’ dans diverses régions.

Il est aussi vrai de dire que d’autres projets, d’une importance capitale pourtant, sont en suspens, car l’Etat se heurte à une forte résistance…au nom des développements futurs des grands barons!

Maurice est le 13e pays au niveau des risques des catastrophes les plus élevés et le 7e pays le plus exposé aux risques naturels dans la rapport de World Risk Report 2017, cela sur un classement regroupant 171 pays. Il est grand temps que chaque citoyen prenne conscience de cette dure réalité.

Dimanche 17 février 2019! Le ciel nous envoie un tronc d’eau et en l’espace de deux heures, plusieurs endroits de l’île sont inondés. L’eau provient de partout. Les gens sont révoltés, les internautes se laissent aller. Compréhensible! La population mauricienne veut tout et vite, surtout ceux qui sont touchés par une montée des eaux qui emportent et détruisent tout sur leur passage. Le gouvernement est visé par des critiques tandis que l’opposition tente lui de tirer un capital politique. Toutefois, les chiffres jouent en faveur de l’actuel gouvernement.

De 2015 à 2019… 426 drains complétés

Au niveau du gouvernement, on n’a pas lésiné sur les moyens. De gros investissements ont été consentis pour permettre à une meilleure évacuation des eaux pluviales dans les 21 circonscriptions du pays. Depuis 2015, 426 projets ont été complétés représentant un investissement de Rs 532 millions. Même Rodrigues a eu sa part avec Rs 22, 7 millions dépensées seul à Port Mathurin.

Les régions les plus à risques ont été ciblées dans un premier temps et les travaux semblent avoir donné les résultats escomptés. Mais il faut néanmoins s’adapter à chaque fois aux caprices de Dame Nature.

Les plus gros investissements sur les 426 drains (upgrading et construction) bouclés depuis 2015 se situent à:

  • Port Mathurin (Phase 1) – Rs 22,7millions (m)
  • Colville/Decaen Ave- Rs 5m
Flamingo Lane (Junction Pierre Simonet), Floreal- Rs 7,5m
  • Renoir Street/Rafael Street/Ruben Street, Ville Noire- Rs: 5,8m
  • Rousset Road, Nouvelle Decouverte – Rs 8,5m
  • Cite CHA (Noce de Cana Church), Riviere du Rempart – Rs 8,4 et 3,1m
  • St Michel Rd, Grand Gaube – Rs 6,2m
  • Lutchmee Gokool Lane, Triolet- Rs 5,6m
  • Seeneevassen Lane, Triolet – Rs 5,4m
Trottoirs à Abbe de la Caille Street, Curepipe- Rs 6,8m
  • Imam Bocus Sobdar, Plaine Verte – Rs 4,8m
  • Mario Flore Street, Roche Bois- Rs 6,7m
  • Impasse Kennedy, Tranquebar- Rs 8m
  • Cremation Road -Garage Gawtam, Tranquebar- Rs 7,2
  • St. Louis River, Pailles- Rs 6,8
Circonscription no 4 (Port Louis Nord/Mt-Longue: 19 projets en cours, Rs 171M d’investissement

Dimanche, le N0rd a été frappé, plus principalement la région de Terre Rouge-Riche Terre. L’eau est arrivée de partout inondant maisons, terrains de foot, autoroutes, station de service.

Il y a ici le facteur temps qui joue contre la population. Depuis 2015, des investissements de l’ordre de Rs 57, 6 millions ont été consenties dans la construction des drains. De Vallée des Prêtes à Crève Coeur, des multiples travaux ont été bouclés. Mais cela ne s’arrête pas là. 19 autres travaux de construction des drains sont en cours dans 19 endroits, au coût de Rs 171 millions. On constate de gros travaux sont en cours à St Croix avec Rs 66 millions dans les drains. Ces travaux devraient être complétés dans les mois à venir pour soulager les habitants.

Et comme pour démontrer tout son sérieux sur ce dossier, le gouvernement a  identifié 29 autres régions pour lesquelles, les démarches préliminaires sont en cours pour lancer les appels d’offres.

Drains: ce qui a été fait jusqu’ici au numéro 4 (Port Louis Nord/Mt-Longue)
Agra Street, Cite La Cure- Rs 2,7m
  • Ducray Road, Ste Croix- Rs 1,8m
  • Ste Marie Street, Cite La Cure – Rs 8m
  • Cite EDC, Montagne Longue – Rs 343,068
Paul et Virginie Rd, Vallee des Pretres- Rs 1,9m
  • Rivalland Rd ,Creve Coeur – Rs 1,3m
  • Kurtoo Lane, Valton, Montagne Longue – Rs 980,000
  • Mosque Road, Notre Dame- Rs 510,000
Morc. Raffray, Le Hochet- Rs 2,9m
  • La Plaine Rd, Notre Dame – Rs 488,000.00
Mountain Lane – Kanen Lane, Morc. Tara, Le Hochet- Rs 2,9m
  • Auroomoogum Lane, Ruisseau Rose – Rs 200,000
  • Les Mariannes- Rs 3,3m
Caroline Rd, Vallee des Pretres – Rs 2m
  • Julius Boucherat Str, Batterie Casse, Ste Croix- Rs 4,6m
  • Ste Famille Str, Ste Croix- Rs 9,2m
  • Cipaille Brule, Vallee des Pretres- Rs 1m

    Le Cornu Ste Croix Rs 2,6m
  • Ste Famille St, Batterie Cassée- Rs 4,7m
Rovers Lane, Vallee Des Pretres- Rs 1,5m
  • Noor-e-Madina st, Cite Gareeboo, Vallee des Pretres- Rs 600,000
  • Vallee des Pretres Primary Govt School (arrière cour) Rs 2,5m
  • Ducray Bridge at Notre Dame and River Training Works-
Ste Famille St, Batterie Cassee- Rs 700,000
Rs 2,8 milliards de travaux de construction de drains sur 332 sites en cours sur l’île

Dans tout le pays, les chiffres démontrent que 332 travaux liés aux construction des drains sont en cours. Ce qui représente une enveloppe monstre de Rs 2,8 milliards. «In this Budget, I am earmarking some Rs 1.2 billion for the NDU projects for, amongst others, construction and upgrading of drains, secondary roads and small sports facilities across the island»,  avait indiqué Pravind Jugnauth dans son dernier discours budgétaire.

On peut dire que les paroles ont été traduites en actions dans les toutes les régions de l’île (voir tableau ci-dessous). Même s’il y a encore des efforts à faire, le gouvernement démontre sa volonté de protéger au maximum la population.

  • Circonscription No 1: Rs 69.6 millions (11 endroits)
  • Circonscription No 2: Rs 254.5m (13)
  • Circonscription No 3: Rs 46.9m (20)
  • Circonscription No 4: Rs 171.5m (19)
  • Circonscription No 5: Rs 458,3m (25)
  • Circonscription No 6: Rs 318.2m(15)
  • Circonscription No 7: Rs 341.7m (20)
  • Circonscription No 8 Rs 171.1m (26)
  • Circonscription No 9: Rs 76.2m (15)
  • Circonscription No 10: Rs 150.3m (25)
  • Circonscription No 11: Rs 100.6m (13)
  • Circonscription No 12: Rs 201m (14)
  • Circonscription No 13: Rs 107.4m(27)
  • Circonscription No 14: Rs 15.7m (14)
  • Circonscription No 15: Rs 71.7m (8)
  • Circonscription No 16: Rs 22.1m (12)
  • Circonscription No 17: Rs 19m (12)
  • Circonscription No 18: Rs 80.7m (12)
  • Circonscription No 19: Rs 97.8m (15)
  • Circonscription No 20: Rs 6.9m (11)
  • Circonscription No 21: Rs 50m (4)
Flash floods…une première alerte le 26 mars 2008

Ce nouveau phénomène, lié principalement aux nouvelles conditions climatiques, a été vécu une première fois un certain 26 mars 2008. Cette première alerte a été vite oubliée même si les inondations de Mont Goût avaient fait quatre victimes. Les Mauriciens n’avaient toujours pas pris conscience des dangers. Le 30 mars 2013, on a eu droit à une deuxième alerte principalement dans la capitale. Le bilan est encore plus lourd…11 morts! Récemment il y a eu Cottage et dimanche dernier, c’est la région de Terre Rouge-Riche Terre qui en fait les frais…

Dans les différentes sessions de travail des Nations Unies portant sur les changements des conditions climatiques, liés au réchauffement de la Planète Terre, l’accent est mis sur les dangers que la population du monde aura à faire face. Les inondations revenaient sans cesse sur la table des discussions. Lors de la 3e World Conference on Disaster Risk Reduction, tenue en 2015 Sendai (la première à Yokohama en 1994 et le deuxième à Kobe en 2005), le plan Sendai Framework for Disaster Reduction 2015-2030 avait été adopté.

Les quatre priorités de ce framework étaient:

  1. Comprendre les risques de catastrophe;
  2. Renforcer la gouvernance des risques de catastrophe pour gérer les risques de catastrophe;
  3. Investir dans la réduction des risques de catastrophe pour la résilience;
  4. Améliorer la préparation aux catastrophes pour une intervention efficace et pour «reconstruire en mieux» dans les domaines du relèvement, de la réhabilitation et de la reconstruction.
Responsabilité citoyenne

Dimanche, pendant deux heures, de grosses pluies se sont abattues dans plusieurs régions. Port Louis, Pailles, Grande Rivière, St Croix, Terre Rouge et Riche Terre ont été surpris par la montée des eaux rapides.

Pourtant, la station météorologie avait émis une avis de fortes pluies, mais force est de constater que personne ne s’est souciée des dangers. Chacun était engagé dans son train train quotidien. Les images publiés sur le réseau Facebook ont choqué, mais elles devraient aussi nous servir de rappel.

Le ‘flashfloods’ peut être meurtrier et comme il est appelé à devenir de plus en plus fréquent dans le bassin de l’océan indien.. Il est temps que chacun prenne des responsabilités et mesure comme un peuple responsable des risques que représentent aujourd’hui les inondations, des crues soudaines, de glissements de terrain et de pluies diluviennes.