Monde

Harcèlement: Google reconnait ses erreurs et annonce des changements

Google admet avoir couvert des cas d’harcèlement sexuels au sein de son entreprise et a annoncé du soutien et transparence aux victimes. Le géant américain promet notamment de communiquer régulièrement le nombre de cas de harcèlement sexuels dans l’entreprise et les mesures disciplinaires prises. Quant aux salariés victimes de tels agissements, ils seront mieux soutenus et accompagnés, annonce Google.

Le groupe, qui vient de fêter ses vingt ans est accusé d’avoir couvert des cas de harcèlement sexuel et a fait face à la colère de milliers de salariés qui avaient manifesté la semaine dernière, inspirés par le mouvement #MeToo.

Google a aussi promis de mettre fin à une clause obligatoire sur le contrat de ses employés, les contraignant à avoir recours à une médiation hors-tribunaux afin d’éviter de procès. Des milliers d’employés avaient manifesté la semaine dernière au siège de Google, pour dénoncer cette pratique.

Dans des dizaines de villes ainsi qu’à son siège de Mountain View en Californie, des milliers d’employés de Google à travers le monde avaient observé la semaine dernière un arrêt de travail pour dénoncer l’omerta et exiger des changements.

Tout vient d’un mouvement d’un article du New York Times. Le quotidien affirmait que l’entreprise avait couvert ces dernières années des cas de harcèlement sexuel impliquant des hauts responsables. Google avait, dans une premier temps, nié ces allégations.

Harcèlement: Google reconnait ses erreurs et annonce des changements