L’internaute Hassenjee Ruhomally au CCID
L’internaute Hassenjee Ruhomally au CCID
Actualités

L’internaute Hassenjee Ruhomally au CCID

Hassenjee Ruhomally n’est pas inconnu des adeptes de Facebook. Il a été convoqué au CCID avec son épouse ce mercredi. Contrairement à la perception que le couple veut donner, cette convocation ne relève pas uniquement d’un simple partage de photo sur les réseaux sociaux. Hassenjee Ruhomally est libre de partager son opinion en tant que citoyen. Il interpelle, partage des articles de presse, pose des questions, mais ferait aussi des allégations malveillantes et non fondées.

Dans le post qu’il a partagé sur Facebook, il fait des insinuations sur une prétendue relation intime qui aurait permis au CEO de MT de décrocher son poste en 2015. On le sait, les dirigeants ont depuis toujours nommé les hommes de confiance à des postes de responsabilité. Ça n’a jamais été différent sous les régimes précédents. Néanmoins, ce sont les résultats qui importent.

A titre d’exemple, quand Sherry Singh avait pris les rênes de MT, seulement 20 000 foyers étaient connectés à la fibre optique. Le projet de connecter tout le pays devait aboutir en 2022 suivant le plan du nominé rouge Sarat Lallah. Mais face à l’urgence de la situation, aussitôt nommé Chief Executive Officer de MT en février 2015, Sherry Singh prend le pari public de compléter le déploiement de la fibre optique à travers l’île en trois ans. Un deuxième coup d’accélérateur permet au projet d’aboutir en 2017, avec plusieurs mois d’avance sur le calendrier établi. Défi relevé donc avec brio par le CEO de MT. Ce qui vaut à l’île Maurice d’être aujourd’hui parmi les 10 pays les plus fibrés au monde. Cela c’est du concret, pas des suppositions.

Hassenjee Ruhomally insinue aussi que le CEO de MT n’est pas suffisamment qualifié pour ce poste. Ce qui est totalement faux. Car non seulement a-t-il fait ses preuves dans le secteur, mais il détient son diplôme professionnel.

D’ailleurs son expertise a été plusieurs fois reconnue par ses pairs dans le secteur. Les multiples awards obtenus par Sherry Singh à l’international – l’Industry Personality of the Year  en 2017 et le Leadership Award cette année – sont des preuves tangibles de la reconnaissance de sa compétence et de sa capacité.

On apprend que Sherry Singh vient d’être nommé dans la catégorie CXO par Africacom pour les awards de 2018. Il est important de souligner que MT a remporté neuf récompenses internationales en trois ans. C’est une première dans l’histoire de la compagnie. Contrairement à ce que soutient Hassenjee Ruhomally, Sherry Singh est un Mauricien à 100 %. C’est un fils du sol qui fait la fierté de notre pays.

Ensuite viennent les allégations sur le contrat de Safe City décroché par MT et le prétendu contrôle auquel aura accès le CEO de MT. Encore un mensonge puisque c’est le commanditaire du projet, qui est la police, qui est le seul habilité à avoir accès aux données confidentielles.

Sur la question du salaire du CEO de MT, Hassenjee Ruhomally passe son temps à reprendre des informations fausses circulées par le MMM alors qu’à plusieurs reprises le chiffre mentionné a été démenti.

Malgré toutes les preuves fournies, l’internaute persiste et signe dans sa croisade contre le CEO de MT. Si la presse a souvent évoqué la bonne foi dans les procès pour diffamation, c’est à se poser des questions sur les intentions de Hassenjee Ruhomally.

La photo truquée est probablement la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, puisqu’il y a une limite à tout. La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Il y a des lois pour la liberté d’expression mais aussi des lois contre la diffamation.