Inde : CBI poursuit l'enquête dans l'affaire Bofors
Monde

Inde : CBI poursuit l’enquête dans l’affaire Bofors

Le Bureau central d’enquête (CBI) a annoncé à New Delhi qu’il poursuivrait son enquête dans l’affaire Bofors à la suite de certaines révélations de Michael Hershman.

Compte tenu des «révélations» de M. Hershman, l’agence avait auparavant demandé l’autorisation du tribunal de première instance pour mener une enquête plus approfondie dans l’affaire Bofors.

«Le 8 mai 2019, la Cour du juge métropolitain en chef (CMM), Rouse Avenue Courts, à New Delhi, avait observé que, lorsque le CBI disposait d’un pouvoir, il était possible d’enquêter plus sur la question, si il est donc nécessaire de le faire ; alors pourquoi cette demande est toujours déposée devant le tribunal », a déclaré la CBI.

Après avoir obtenu un avis juridique, CBI a déposé le 16 mai une requête auprès du tribunal de la CMM, indiquant que, pour mener une  plus approfondie en vertu de l’article 173 (8) du Code pénal, l’autorisation du tribunal n’était pas obligatoirement requise par la CBI.

La CBI avait, en février 2018, introduit un recours devant la Cour suprême pour faire

renouveler les charges retenues contre les frères Hinduja dans l’affaire des armes à feu Bofors d’une valeur de 64 crores.

Dans une interview accordée à une chaîne de télévision, M. Hershman a affirmé qu’il était en possession de documents qui montreraient le versement de pots-de-vin dans le cadre de l’accord Bofors et que l’implication de personnes puissantes pourrait être la raison de l’histoire mouvementée de l’affaire. .

Selon certaines informations, la Haute Cour de Delhi aurait annulé la procédure de manière arbitraire en 2005, affirmant que les éléments de preuve recueillis auprès des autorités suédoises n’étaient «ni disponibles en original ni des copies dûment authentifiées».

Inde : CBI poursuit l’enquête dans l’affaire Bofors