Inondations du 30 mars 2013 : « la douleur est toujours là… »
Une cérémonie de dépôt de gerbes a eu lieu ce 25 mars pour rendre hommage aux victimes des inondations
Actualités

Inondations du 30 mars 2013 : « la douleur est toujours là… »

Allan Wright, qui a perdu son épouse Sylvie et leur fils Jeffrey,  dans les inondations du 30 mars 2013 relate que « la douleur est toujours là ». Il participait à une cérémonie de dépôt de gerbes ce 25 mars devant la stèle érigée au Caudan pour rendre hommage aux victimes des inondations.

Il insiste sur le fait qu’il faut un plan global pour trouver une solution par rapport aux ‘flash floods’. Allan Wright estime que l’accent ne doit pas seulement être mis sur les drains mais sur un plan global. Il pense que sans ce plan, il n’y aura aucune solution pour les ‘flash floods’. Ce plan devra inclure les différentes mairies et toutes les parties prenantes.

En outre des amis et des proches, plusieurs personnalités étaient présentes, dont Daniel Laurent, le Lord-maire et Barlen Vyapoory, président de la République par intérim.

D’autre part, Allan Wright pense que Maurice doit tirer leçon de ce drame. Il parle de changement au niveau de l’éducation et explique que désormais les Mauriciens savent comment procéder en cas de pluies torrentielles.

Il rappelle également qu’il avait démarré une campagne « Stop Littering » qui se poursuit toujours. L’objectif est d’entreprendre des sessions d’éducation afin de conscientiser la population sur les conséquences de jeter des ordures. « Je préfère travailler avec les enfants, car je sais que dans 25 ans, ils seront des adultes responsables », fait-il savoir.

« Je suis là par devoir et fraternité ». C’est ce qu’a affirmé Barlen Vyapoory, Il a expliqué que suite au changement climatique, les cyclones et les inondations deviendront devenit plus fréquents. « Nous n’étions pas préparé pour les flash floods », laisse-t-il entendre.

Le président de la République par intérim parle de la mise en place du National Disaster Risk Reduction and Management Centre (NDRRMC) pour s’assurer que le pays soit préparé aux catastrophes naturelles.

« Kan nou gayn informasyons, fode nou pran tou prekosyon. Sorti al dan sant ou kot fami si bizin », dit-il.

Rappelons que le 30 mars 2013 est une date qui sera gravée dans la mémoire des Mauriciens. Des inondations meurtrières avaient fait 11 victimes.

Inondations du 30 mars 2013 : « la douleur est toujours là… »