Décisions du Cabinet : la fermeture de Médine Sugar Milling Ltd avalisée
La Mauritius Cane Industry Authority (MCIA) a recommandé la fermeture après des consultations avec les toutes les parties concernées, notamment les planteurs, les employés, les syndicats et les sucreries bénéficiaires.
Actualités

J-9 de la fermeture de Médine: réunion décisive à la MCIA, aujourd’hui

A 9 jours de la fermeture de l’usine sucrière de Médine, une réunion décisive, regroupant toutes les parties concernées, est convoquée au siège de la Mauritius Cane Industry Authority (MCIA), à Réduit, ce vendredi 22 mars à 13 heures. Lors de cette réunion qui sera présidée par le CEO d ela MCIA, Jugdish Bundhoo, une trentaine de points litigieux, relatifs à la promotion («up-grading») d’un goupe d’employés devront être résolus, cela conformement à la clause 34 du Blue Print de l’industrie sucrière.

«Tout va dans la bonne direction. Lors de la réunion que nous aurons demain ( aujourd’hui, ndlr), tout devra être finalisé. Nous nous attendons à ce que les cas d’une trentaine d’employés, restés en suspens, soient ‘up-graded’, c-à-d promus», déclare Serge Jauffret, représentant des employés, à Inside News. Du côté des employés, ils se montrent plus critiques: «Vinod Boyjonauth, ancien CEO de la MCIA et de la Sugar Authority avait mené le processus de fermeture d’usines sucrières: Deep River-Beau Champ et Mon Loisirs sans anicroches. Dans le cas de Médine on tergiverse trop.» Tonnant dans le même sens, un autre groupe d’employés de Médine s’insurge: «C’est la première qu’on assiste à un chamboulement à la dernière minute. Avec Rajpati, nous n’avions jamais eu de problèmes. Dans le cas de Médine, on accumule beaucoup de retard.»  Selon certaines sources, il est révélé que la demande d’Altéo, formulée tout récemment pour réceptionner les cannes de Médine serait venu chambouler beaucoup de choses.

Interrogé sur les questions soulevées, un des responsables de la MCIA a insisté: «Nous ignorons qu’il y a encore des points litigieux, relatifs à une trentaine d’employés par rapport au ‘up-grading’, restés en suspens.» En revanche, les même sources arguent: «Au fait, il y a des ‘genuine cases’ et d’autres qui ne le sont pas.»

S’agissant de l’acheminement des cannes de Médine factory area en période de coupe, il est souligné qu’initialement, deux établissements sucriers, à savoir Omnicane et Terra ont exprimé leur intérêt pour les accepter, mais que depuis la mi-décembre 2018 ou début mars 2019. Altéo s’y est montré, également, intéressé.

Interrogé sur la question, un des responsables de la MCIA s’explique: «Nous nous penchons sur la question. Toutefois, nous ne pouvons nous prononcer sur ce sujet aussi longtemps que le Cabinet n’en donne pas son aval.»

Néanmoins, pour ce qui est des balances, des planteurs se plaignent que l’autorité responsable tarde trop pour se fixer. A cet effet, certaines sources à la MCIA rassurent que les deux balances existantes, notamment celle de Reufac et celle de Médine subsisteront en vue de répondre aux besoins de petits planteurs concernés.

Un autre points qui nécessite des éclaircissement est l’énergie, c-à-d la bagasse et la mélasse. «Toute la mélasse sera destinée aux planteurs et la bagasse sera réservée aux usiniers. A cet effet, l’énergie constitue une importante composante»

Pour ce qui est de la canne, les mêmes sources précisent: «S’il y a des cannes brûlées en dehors de la saison de coupes, les cannes seront jetées. Or, s’il y a des cannes brûlées en période de coupe, elles seront acheminées vers l’usine sucrière qui réceptionnera les cannes de la Médine Factory area»

J-9 de la fermeture de Médine: réunion décisive à la MCIA, aujourd’hui

A lire aussi: https://www.inside.news/medine-fermeture-27-cas-litigieux-par-rapport-aux-salaires-en-suspens/