Ce vendredi 1er février 2019 marque la 184e année depuis que Maurice n’est plus sous l’emprise de l'esclavage.
Pour Jocelyn Chan Low, certaines sociétés sont toujours «réfractaires» à la culture des droits de l’homme.
Actualités Culture

Jocelyn Chan Low : « Il y a d’autres formes d’esclavages dans le monde »

Ce vendredi 1er février 2019 marque la 184e année depuis que Maurice n’est plus sous l’emprise de l’esclavage. Depuis 1835, les chaînes de l’esclavage ont été brisées grâce à la décision prise par le parlement britannique en instaurant la Slavery Abolition Act en 1833. Toutefois, pour Jocelyn Chan Low, les humains ont adopté d’autres formes d’esclavage.

Comme chaque année, la traditionnelle cérémonie de dépôt de gerbes aura lieu au village du Morne. A noter que la montagne du Morne Brabant et ses environs sont inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2008 pour représenter la lutte et la résistance des esclaves marrons à l’île Maurice.

Malgré que l’esclavage fait désormais partie de notre passé, Jocelyn Chan Low, historien, conçoit qu’il a toujours des formes d’esclavages dans le monde et que certaines sociétés sont toujours «réfractaires» à la culture des droits de l’homme.

Il explique que toutes les sociétés ont connu l’esclavage et que c’est un «not-finish business». « Il y a encore des formes d’esclavages dans le monde, que ce soit déguisées ou réelles… il y a aussi de l’exploitation des travailleurs étrangers ». S’exprimant sur les conditions déplorables des travailleurs bangladais à Maurice, Jocelyn Chan Low déclare que « c’est indigne pour un pays qui a connu l’esclavage d’exploiter des travailleurs étrangers ».

L’historien souligne qu’il est important de se souvenir de la source de l’abolition de l’esclavage. « L’abolition de l’esclavage a été rendue possible grâce à la croyance des chrétiens qui clamaient que cette pratique était un péché et que cela rendait Dieu très en colère et que devant lui tous les hommes sont égaux. Depuis, les croyants ont lutté pour que les esclaves soient libérés du pouvoir des colons. Toutefois, encore aujourd’hui d’autres cultures trouvent en l’esclavage quelque chose de tout à fait normal ».

Il dira que cette commémoration représente aussi la culture et l’origine de l’île Maurice car ce sont les différents esclaves venus d’ailleurs qui ont apporté ce grand métissage et par la suite, le multiculturalisme.

Jocelyn Chan Low : « Il y a d’autres formes d’esclavages dans le monde »