Jour J -30 Législatives 2019: casse-tête chinois pour Navin Ramgoolam de se fixer…
«Ena pe dir mwa vin dan numero 7, ena pe dir mwa dan nimero 9. Li for possib, ena enn rezon, li for possib mo al dan nimero 10 me li pa ankor finalize, me li for possib»,a affirmé Navin Ramgoolam.
Actualités Politique

Jour J-29 Législatives 2019: casse-tête chinois pour Navin Ramgoolam de se fixer…

A 29 jours des élections générales et à 14 jours du Nomination Day, le leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam fait toujours face à un véritable dilemme, voire un casse-tête chinois pour se fixer lui-même une circonscription, où il briguera les suffrages et d’établir une liste de candidats de l’alliance Ptr-PMSD-MP (parti en crise).

«Ena pe dir mwa vin dan numero 7, ena pe dir mwa dan nimero 9. Li for possib, ena enn rezon, li for possib mo al dan nimero 10 me li pa ankor finalize, me li for possib»,a affirmé Navin Ramgoolam. C’était lors d’une conférence de presse en solo, mardi 8 octobre, à l’issue d’une réunion de l’exécutif du parti, pour annoncer l’officialisation de l’alliance Ptr-PMSD-MP. En réponse à une question de la presse si no 5 (Pamplemousses/Triolet) demeure une option, il a répondu par l’affirmative: «No 5 reste toujours une option.»  Cela avant d’ajouter sur un ton laconique : «Mo pou fer tirage au sor taler» Une telle posture de la part de navin Ramgoolam frise de l’indécence. Il agit comme un teaser. Il est déploré qu’un leader politique ne peut s’arroger le droit d’agir de la sorte. «Il n’a pas de respect pour l’électorat. Navin Ramgoolam est en train de prendre les enfants de Dieu pour des canards sauvages », a dénoncé un membre de l’exécutif rouge.

Battu à plates coutures lors des élections générales du 10 décembre 2014, le leader des Rouges qui se vante d’être un lion, éprouve des difficultés à choisir sereinement et à tête reposée une circonscription stable, où, il serait convaincu d’être élu. Comme quoi, chat échaudé craint l’eau froide…

Il est inconcevable, inadmissible qu’un tel leader d’un parti politique, ayant 83 années d’histoire puisse être indécis et inactif  à ce point. Cela dans la mesure que de candidats «casseroles», «cotomili», «voler boutey»… continuent à graviter autour de lui et à faire du lobbying en vue de l’obtention de ticket. Par conséquent, nombreux sont les aspirants candidats et les activistes qui sont impatients et lassés d’attendre.

«Comment expliquer que Navin Ramgoolam qui a fait une traversée de 5 ans dans le désert n’a pas songé à arrêter une liste de candidats bien ficelée ? Qu’a-t-il fait pendant tout ce temps ? Se croiser les bras, les doigts, les orteils ? Surtout lui, qui vantait sur tous les toits que le Ptr ira seul aux élections »,  s’est insurgé un groupe d’activistes rouges. «En marge de la prochaine joute électorale, il envoit jusqu’ici une équipe de sept à huit candidats potentiels, labourer le terrain et organiser des réunions nocturnes. Au bout du compte, voire à la dernière minute, c’est lui qui aura le dernier mot à qui octroyer une investiture. Il exerce une terrible pression sur les  aspirants candidats»,  a déploré un autre groupe d’activistes rouges à Montagne Blanche/GRSE. Il est dénoncé que Tonton cigare fasse languir tant de monde.

«Il a dit à la presse qu’il peut donner les raisons de sa stratégie d’aller à la vitesse d’escargot, mais il n’a rien dit sans ce sens. La population a besoin d’un leader lucide, propre, intègre. Depuis sa cuisante défaite, il nous a rabattu les oreilles avec sa volonté et détermination de ‘rupture’. Or, nous croyons fermement, qu’il devra suivre l’exemple de Pravind Jugnauth qui est un homme de parole et des principes. Kan Ramgoolam koze rupture, li bizin ale pran lecon avec Pravind Jugnauth», a concédé un membre du BP rouge qui serait mal à l’aise au sein du parti.

Jour J -30 2019: casse-tête chinois pour Navin Ramgoolam de se fixer…