Journée Mondiale de la Télévision : il y a 53 ans la MBC…
A ce jour, la station de la radio et de la télévision nationale a évolué. Elle compte plusieurs chaînes, tant à la radio qu’à la télévision.
Actualités

Journée mondiale de la Télévision : il y a 53 ans le MBS…

8 février 1965 : il y a 53 ans, le service de la télévision a été inauguré, le Mauritius Broadcasting Service (MBS). A ce jour, la station de la radio et de la télévision nationale a évolué. Elle compte plusieurs chaînes, tant à la radio qu’à la télévision. En ce jour marquant la Journée mondiale de la Télévision – proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1996 -, tous les regards sont braqués vers l’avènement de télévision privée. Exception faite de Web Tv qui sont opérationnelles au sein de radios privées, la mise en place d’une vraie télévision privée se fait toujours attendre à Maurice.

Un bref retour en arrière nous permet de voir les conditions dans lesquelles la télévision a vu le jour à la Maison de la Radio et de la Télévision, devenue par la suite la MBC. «Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Information retraça l’histoire de la radio chez nous, depuis ses modestes débuts, alors qu’elle n’était qu’une entreprise privée, sous la direction  de M. C. Jollivet. Il rendit hommage à tous ceux qui de près, comme de loin, ont aidé à la MBS, à son niveau actuel. Il parla aussi des fonctions ingrates des employés de notre radio. Il remercia la presse des critiques constructives quelle fait de temps à autre», peut-on lire dans Le Mauricien en date du 9 février 1965.

Le gouverneur de Maurice d’alors, sir John Shaw Rennie avait déclaré que «la MBS doit être considérée à l’échelle nationale et à celle d’une majorité ou d’une minorité.»

Il est souligné que ce discours était suivi du gouverneur de Maurice d’alors, sir John Shaw Rennie qui avait déclaré que «le MBS doit être considérée à l’échelle nationale et à celle d’une majorité ou d’une minorité.»  A ce chapitre, on peut lire dans l’édition du journal Advance en date du 9 février 1965 : «What is more important than the meticulous rationing of programme, even if that was a practical proposition is that the MBC should think and act in terms of the needs and aspirations of Mauritius, and Mauritius as a whole, not in tems of majorities and minorities, and it should strive to be a unifying factor in the life of Mauritius».  Ainsi, le gouverneur John Shaw Rennie avait abordé des droits et des intérêts des minorités. Il avait dit que la mise en place du MBS, disposant d’un «haut degré d’autononie, permettra d’assurer la sauvegarde de ces droits.»

De son côté, le président du Board du MBS, Alan Bates avait parlé des activités techniques de la télévision. «Il espère que le service télévisé sera à la hauteur de ce qu’on attend de lui, mais réclame malgré tout l’indulgence du public», rapportait Le Mauricien.

Quant au Premier ministre et ministre des Finances d’alors, le Dr. Seewoosagur Ramgoolam qui avait procédé au lancement officiel de la télévision, il avait accentué son intervention sur l’importance du rôle que jouera la TV dans la vie sociale du pays. «Television will bring to the homes of the people of Mauritius their cultural heritage in English, French, and Hindustani. It will provide emotional integration of Mauritian society», peut-on lire dans Advance du 9 février 1965.

S’agissant du service de radio diffusion, doté de cinq studios, il est souligné qu’il couvrait une superficie de 3 836 pieds carrés et devait émettre pendant 16 heures par jour. Pour ce qui est du service de télévision, doté de trois studios, il couvrait une superficie de  8 075 pieds carrés.

Journée Mondiale de la Télévision : il y a 53 ans le MBS…