La presse australienne évoque la bonne santé de l'économie mauricienne
Actualités

La presse australienne évoque la bonne santé de l’économie mauricienne

Le journal en ligne australien, Future Directions, évoque ce mercredi 19 juin, de l’économie mauricienne après la présentation du budget par Pravind Jugnauth. Le journaliste, Conor Fowler, affirme dans son article – qui a pour titre Election-Year Budget Seeks to Keep Mauritius Growing Steadily – que l’économie mauricienne est en bonne santé à l’heure actuelle. Ce qui est confirmé par le taux de croissance économique. Le caractère rassurant du budget ne changera pas radicalement les paramètres de la politique, ce qui est une décision judicieuse avant une élection, vu qu’il maintiendra l’appui du public et laissera le gouvernement moins vulnérable aux critiques.

L’analyse de Conor Fowler

L’article fait également ressortir que Pravind Jugnauth travaille avec acharnement pour élever le tourisme au premier rang de l’industrie économique du pays et le développement continu des relations avec les autres pays, deux secteurs qui pourraient potentiellement conduire l’île Maurice vers un avenir meilleur.

Pravind Jugnauth est optimiste sur la santé de l’économie mauricienne. Au cours de la présentation du budget, il a dit sa fierté que le produit intérieur brut avait augmenté à un taux annuel moyen de 3,7 % depuis 2015 et qu’il devrait augmenter de 3,9 % cette année (plus que la moyenne mondiale). Ce chiffre devrait encore augmenter pour atteindre 4,1 p. 100 d’ici 2020. Le déficit budgétaire devrait demeurer inchangé par rapport au 3,2 % du PIB de 2018-2019.

Le budget a un sentiment d’optimisme et une qualité de bien-être. L’une des principales stratégies pour y parvenir consiste à augmenter le revenu discrétionnaire en accordant des allégements fiscaux sur des produits comme le carburant et l’essence, ainsi qu’en haussant le seuil et les allocations non imposables. Il s’agit d’une stratégie intelligente, qui est sans doute semblable à celle utilisée par le parti qui avait remporté les dernières élections australiennes.

Les secteurs traditionnels du sucre, du textile et du tourisme sont relancés, tandis que les secteurs émergents, tels que l’économie de l’océan et les technologies de l’information, sont pris en compte. Même s’il peut sembler ambitieux de chercher à s’occuper efficacement de tous ces secteurs, avant une élection, c’est le genre de discours qui peut gagner des votes. Alors que les secteurs traditionnels sont encore importants pour le public, il y a un désir pour l’économie de s’efforcer de s’éloigner des secteurs traditionnels, vers la banque offshore, les stations de luxe et ‘l’externisation’ des entreprises. Tous ces éléments devraient contribuer à mettre l’île Maurice sur la carte de l’innovation.

Le Tourisme comme principal attrait

Le tourisme est l’un des domaines parmi les plus importants pour le succès de l’économie mauricienne. Elle a toujours été très forte, mais il y a un nouvel élan pour accroître son rôle dans l’économie. Le ministre du Tourisme, Anil Gayan, affirme que le tourisme sera la principale industrie dans les années à venir. Récemment, le Global Sustainable Tourism Council (GSTC) a annoncé que l’île Maurice avait atteint le statut de « norme reconnue par le GSTC ». Yusuf Foondun, du Mauritius Standards Bureau, pense que cela ne fera que renforcer la réputation de l’île Maurice sur la scène internationale pour ce qui est de la promotion d’une destination qui protège la biodiversité et préserve l’équilibre écologique.

Maurice se présente comme un pont entre l’Afrique et l’Asie. Le pays veut être pour l’Afrique ce que Singapour est pour l’Asie : un petit pays avec une grande importance géostratégique. Pour renforcer sa position mondiale, Maurice développe de nouvelles relations avec des partenaires non régionaux, comme le Népal. Le Népal et l’île Maurice ont signé un pacte de travail visant à diversifier les destinations disponibles pour les travailleurs migrants népalais. Pour le Népal, Maurice offre à ses citoyens une plus grande gamme de possibilités d’emploi et, pour les entreprises mauriciennes, une autre source potentielle de travailleurs qualifiés.

Situation économique

L’une des questions les plus importantes concernant la situation économique de l’île Maurice est celle de ses relations avec l’Inde et la Chine. Traditionnellement, l’Inde a été son principal partenaire en matière de sécurité et d’économie, mais en 2015, la Chine est devenue le plus grand exportateur de l’île Maurice, poussant l’Inde à l’écart. Jusqu’à présent, il semble que l’île Maurice ait très bien équilibré la situation, donnant à la Chine et à l’Inde une « part du gâteau » en maintenant des relations saines avec les deux puissances. L’investissement de la Chine dans le réaménagement du port de Port Louis est une situation gagnant-gagnant, car il aidera Maurice à réaliser l’ambition d’être la porte d’entrée entre l’Afrique et l’Asie, sans parler de l’objectif de la Chine d’être la puissance dominante en Afrique. Du côté indien, un journal indien a rapporté que New Delhi entreprendra un projet de $ 87 millions pour la construction d’une piste et d’une jetée sur les îles Agaléga, qui aidera l’île Maurice à renforcer la sécurité maritime dans les eaux voisines.

Dans un proche avenir, il est probable que la Chine et l’Inde continuent d’investir massivement à Maurice à des fins économiques et géostratégiques. Jusqu’à présent, les responsables mauriciens ont géré cet investissement de façon très intelligente. Ces mesures font de Maurice un partenaire idéal pour l’investissement sur de nombreux fronts et contribueront grandement à améliorer la croissance de son économie, son niveau de vie et sa position sur la scène mondiale.

La presse australienne évoque la bonne santé de l’économie mauricienne