Actualités

«La souffrance et la maladie nous rendent plus humanistes»

La messe annuelle des malades, présidée par le Père Hervé Saint-Pern, curé de la paroisse de l’Immaculée Conception, a eu au Monument Marie Reine de la Paix, ce dimanche 14 octobre à partir de 9h30. Comme à l’accoutumée plusieurs centaines de malades, hommes et femmes confondus, dont des invalides et une centenaire, Noéline Ami ( 102), issue de la paroisse des Noces de Cana, Rivière-du-Rempart, ont fait le déplacement pour assister dans la ferveur et la piété.

Outre les associations de brancardiers des différentes paroisses du pays ont apporté leur aide et soutien pour transporter et véhiculer les malades.

Dans son homélie, le Père Hervé de Saint-Pern a soutenu : «La souffrance et la maladie nous rendent plus humanistes.» «Lorsqu’une personne est souffrante, elle n’arrive pas à se débrouiller. Par conséquent, la maladie nous aide à devenir plus humble. C’est lorsqu’on est malade qu’on se rend compte qu’on a besoin des autres. Nous avons besoin des frères et des sœurs pour nous aider», a-t-il souligné.

 S’inspirant de l’évangile, Le bon Samaritian, dépeignant une personne handicapée qui se fait attaquer par des bandits et laissée pour morte en bordure de la route, il mentionne l’attitude de trois passants. «Tous les trois sont des gens bien. Le premier qui est un prêtre, il passe et  fait semblant de ne pas voir. Il poursuit sa route. Le deuxième, il passe et lui aussi il regarde à côté. Il ne fait rien. Quant au troisième passant, il est un samaritain.Non seulement, il est un samaritain, il est aussi un ennemi. Il descend de sa monture et lève le blessé. Il le met sur sa monture et le transporte à un centre de centre de santé. Cela alors que lui, il marche», relate le Père Saint-Pern. Il dit que le samaritain promet d’y repasser pour prendre des nouvelles du blessé.

Des éléments de la SMF et de membres de la First Aiders Associations étaient, également, de la partie pour aider à transporter les malades.

Ainsi, le curé de l’Immaculée Conception a affirmé que de nos jours, il y a une catégorie d’employés ( infirmiers, médecins, ambulanciers, laborantins…) qui se mettent au services des malades à l’exemple de bons samaritains. «Cette catégorie de gens se donnent corps et âmes pour aider les autres, cela sans distinction de race, de couleur, de religion. Pour eux, c’est l’être humain qui est important», a-t-il renchéri.

Lors de cette messe, l’occasion a été donnée aux malades, transportés en fauteuils roulants et brancards, par des brancardiers pour apporter les offrandes à l’autel au moment de l’offertoire.

Après la communion, le Père Hervé Saint-Pern, accompagné des enfants de cœurs et des laïcs, a donné le Saint Sacrément aux malades en passant à travers les rangées des malades.

Outre les associations de brancardiers des différentes paroisses du pays, la First Aiders Association, sous la férule de Linganaden Munien et des éléments de la SMF ont apporté leur aide et soutien pour transporter et véhiculer les malades.

Quant à la chorale, elle était fidèle au poste pour entonner des cantiques à la satisfaction des malades

 «La souffrance et la maladie nous rendent plus humanistes»