L'affaire de Ravel : Stop Pédo s'en va en guerre contre la sentence
Joseph Marie Louis Michel de Ravel de l’Argentière quittant le tribunal, au prononcée de la sentence le mercredi 24 avril.
Uncategorized

L’affaire de Ravel : Stop Pédo s’en va en guerre contre la sentence

Coupable sous 21 chefs d’accusations. Coupable d’attouchements sexuels sur des enfants de 4 à 6 ans. Il a avoué ètre un pédophile et d’avoir abusé des enfants. Pourtant, c’est en homme libre que Joseph Marie Louis Michel de Ravel de l’Argentière a quitté le tribunal, au prononcée de la sentence le mercredi 24 avril. C’est à ne rien comprendre.

Stop Pédo crie au scandale et invite la population à réagir à travers une pétition pour mettre la pression sur le DPP pour une ‘judicial review’. Les yeux sont désormais rivés sur le DPP, le seul habilité à le faire. Une action qui pourrait redonner à la population confiance dans le judiciaire, dont l’image a pris un sale coup avec ce jugement qui – malgré toutes les raisons que peuvent avancer les légistes – semble illogique.

Stop Pédo réagit

« Nous demandons à ce que la magistrate qui a accordé la libération revoit la condamnation et qu’une peine d’emprisonnement soit imposée au pédophile ». C’est en substance que ce que réclame Stop Pédo dans une pétition lancée jeudi 27 avril. Les pétitionnaires réclament ni plus ni moins la prison pour celui trouvé coupable de pédophilie.

La pétition se lit comme suit :

Pour que la magistrate Niroshni Ramsoondar revoit la peine infligée au pédophile Michel.

« Le mercredi 24 Avril 2019, le pédophile Joseph Marie Louis Michel de Ravel de l’Argentière, qui a plaidé coupable d’attentats à la pudeur, d’attouchements sexuel et acte indécent sur des enfants de 4 à 6 ans a été libéré sans aucune condamnation.

Nous demandons à ce que la magistrate qui a accordé la libération revoit la condamnation et qu’une peine d’emprisonnement soit imposée au pédophile.

Signez la pétition afin de protéger nos enfants et que l’île Maurice ne soit pas un paradis pour les pédophiles. »

L’avis du juriste
Me Ashwin Kandhai : « Le DPP a 21 jours pour faire appel»

Le Directeur des Poursuites Publiques (DPP) dispose d’un délai de 21 jours pour contester le jugement de la cour intermédiaire. C’est ce que nous a déclaré Me Ashwin Kandhai.  Cette prérogative, selon l’homme de loi,  revient uniquement au DPP. « Il peut le faire s’il considère que le jugement ou la sentence sont mal motivés en droit ou sur les faits », affirme Me Kandhai

Les faits…

Rapellons que De Ravel a été remis en liberté après avoir réglé trois cautions de bonne conduite de Rs 20 000, Rs 10 000 et Rs 30 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 500 000. Il devra en effet faire preuve de bonne conduite pendant trois ans, au risque de voir sa peine revue. La magistrate Niroshini Ramsoondar a pris en compte l’état de santé du coupable.

L’affaire de Ravel : Stop Pédo s’en va en guerre contre la sentence