Le Conseil des religions condamne les actes de violence et de criminalité de ces derniers temps
Père Philippe Goupille, président du Conseil des Religions.
Actualités

Le Conseil des religions condamne les actes de violence et de criminalité de ces derniers temps

Le Conseil des religions (CoR) “condamne sans équivoque les actes de violence et de criminalité de ces derniers temps”: c’est ce qui ressort d’un communiqué en date du 23 janvier, émis par le Cor, sous la signature du président, le Père Philippe Goupille. 

“La violence est clairement motivée par la haine. De tels actes commis par certaines personnes sont honteux et barbares et doivent être abordés avec vigueur sans crainte par les forces de l’ordre”, soutient le CoR.

Le CoR exhorte à ce que “notre communauté reste ferme contre ceux qui propagent la peur et l’instabilité dans notre société.” Le CoR exprime sa sympathie et son soutien aux victimes de ces actes odieux et appelle la force policière “à prendre des mesures opportunes et vigoureuses contre les fauteurs de troubles, car cela menace le tissu social déjà fragile de notre société.”

Il est souligné que la circulation des “informations mensongères sur la plate-forme des médias sociaux qui a un impact réel sur la propagation de la haine alimentent parfois l’agressivité davantage.” 

Selon le CoR, les progrès technologiques ont construit un environnement fertile pour que “les fausses nouvelles se propagent rapidement. Les informations fallacieuses sont devenues une méthode pour attiser et intensifier les conflits sociaux. Les informations mensongères deviennent rapidement une épidémie, et elles nous font peur à quelle fréquence et à quelle vitesse circulent des histoires complètement fabriquées.”

Par conséquent,  le CoR conseille que lorsque le lectorat consomme des « nouvelles », il est impérieux de vérifier et regarder la source en vue d’en déterminer la véracité. “La seule façon de le combattre est d’être vigilant pour mettre un terme à sa recirculation. Nous ne pouvons pas les arrêter, mais nous pouvons au moins faire notre part pour l’empêcher d’être repostée ou répétée”,  maintient le Père Goupille.

Cependant, le CoR lance un appel solennel à tous les chefs religieux qui “ont un fort potentiel pour influencer la vie et le comportement de ceux qui suivent leur foi et partagent leurs croyances. Lorsque les chefs religieux s’expriment, leurs messages ont un impact fort et étendu. Ils utilisent leur influence d’une manière positive et responsable dans la prévention de la violence et de son incitation en diffusant des messages de paix, de tolérance, d’acceptation et de respect mutuel, et en prenant des mesures pour réduire les tensions entre les communautés.”

Malheureusement, indique le CoR, “les religions ont parfois été cyniquement déformées pour justifier l’incitation à la violence et à la discrimination, et il est essentiel maintenant que les chefs religieux de toutes confessions fassent preuve de leadership et empêchent l’incitation à la violence et contribuent à la paix et à la stabilité.” 

Il est soutenu que toutes les religions enseignent “le respect de la vie et reconnaissent les êtres humains comme fondamentalement égaux.” “Ces principes nous convoquent pour montrer du respect pour tous les êtres humains, même ceux avec qui nous pourrions être profondément en désaccord ou dont la culture peut nous sembler la plus étrangère”,  insiste le président du CoR.

Le CoR exhorte les chefs religieux à s’exprimer non seulement lorsque leur propre communauté est ciblée, mais aussi lorsqu’une communauté religieuse différente de la sienne est ciblée et à soutenir les initiatives d’autres chefs religieux qui s’exprimeraient en faveur des droits de l’homme, de la justice et des communautés opprimées, en particulier.

“Respectueux de nos différences, nous les chefs religieux, affirmons notre détermination à rester unis et nous continuerons à faire preuve de force dans notre unité et à envoyer un message fort et clair aux marchands de haine que leurs actions de division ne réussiront pas”, conclut le Père Philippe Goupille.

Le Conseil des religions condamne les actes de violence et de criminalité de ces derniers temps