Actualités Ti-palabre

Le gagnant, l’opportuniste et le vilain petit canard…

Après le « no case to answer » prononcé au profit de Navin Ramgoolam dans l’affaire Roche Noires, tous les regards sont désormais braqués vers le DPP. Fera-t-il appel de la décision des magistrats de la Cour Intermédiaire ? C’est la question que tout le monde se pose. Surtout les fidèles lieutenants de Navin Ramgoolam… ils se concentrent sur les moyens d’influencer la décision du DPP de ne pas aller de l’avant avec ledit appel.

Ces messieurs auto-proclamés de « grands penseurs » ont vendu une stratégie à Navin Ramgoolam afin d’amadouer le DPP. Ils proposent une formule mathématique du partage de pouvoir : Navin Ramgoolam sera Premier ministre pour la première année et Arvin Boolell — qui n’est autre que le frère du DPP — sera ainsi Premier ministre durant les quatre années restantes.

De ce fait, Navin Ramgoolam occupera, pendant ce temps, le poste du Président de la République. Une proposition qui fait rêver le leader du PTr tant qu’il peut se débarrasser les va-et-vient dans les couloirs de la maison de justice.

Rêve pour l’un… cauchemar pour l’autre… Cette stratégie semble ne pas faire de l’unanimité dans le clan d’Anil Bachoo. Il laisse entendre à ses proches collaborateurs qu’il n’acceptera pas qu’Arvin Boolell lui chipe le poste qu’il convoite tant. Un proche d’Anil Bachoo dit qu’il ne compte pas continuellement patauger dans la boue…comme le vilain petit canard.

Ainsi, il ne se lésinera pas sur la carte de caste — « vaish » — pour contre-carrer cette montée en puissance d’Arvin Boolell. « Navin Ramgoolam pas kapav abusé, li finn mett moi candidat dans numéro 7 mo finn reste tranquille… pas croire ki tout coup mo pou reste tranquille…, » aurait-il laisser entendre à ses proches.

En tout cas, pour l’instant ce n’est qu’une stratégie avancée. Le citoyen lambda connaît bien l’intégrité et la droiture du DPP pour accepter une telle proposition. Le DPP comme le stipule la législation du pays doit faire valoir la neutralité dans tous les cas de figure. D’ailleurs, la population mauricienne a vu sa démarche contre le Premier ministre, Pravind Jugnauth dans l’Affaire Medpoint. De même, dans l’Affaire Roches Noires, des pouvoirs constitutionnels lui sont conférés pour ne pas hésiter un seul instant pour traduire, Navin Ramgoolam en cour de justice. Affaire à suivre…

Le gagnant, l’opportuniste et le vilain petit canard…