Les membres du MAM manifesteront ce jeudi au marché central de Port-Louis munis de leurs pancartes.
Actualités

MAM : «toilet piblik se pa enn faver, se population so drwa»

«Li pas normal, ce enn scandal». Les membres du Mouvement Authentique Mauricien (MAM) sont catégoriques. Selon eux, les toilettes publiques ne devraient pas être payantes pour les citoyens. C’est pour cette raison que le parti compte manifester une nouvelle fois demain jeudi 1 novembre dans le marché central de Port-Louis munis de leur pancarte pour montrer leur mécontentement. MAM lance également un appel au public pour venir les rejoindre et garanti qu’ils leur feront pas payer pour avoir accès aux toilettes.

«Construir bann toilet piblik pa enn faver ki pe fer popilasyon ce zot drwa sa», s’indigne Éliezer François, président du Mouvement Authentique Mauricien. Le porte-parole demande à ce que les municipalités assument leurs responsabilités et exige que les toilettes publiques à travers le pays ne soient plus payantes. «Pas kapav ena lendrwa pe payer ek ena lezot lendrwa p ape payer, ce enn discrimination ki zot pe fer», avance-t-il. Dans la foulée, il précise que le plus souvent, ce sont les personnes âgées et modestes qui utilisent ces toilettes et sont donc pénalisées. C’est dans cette optique que les membres du MAM manifesteront ce jeudi au marché central de Port-Louis munis de leurs pancartes. Ils invitent même le public à venir les rejoindre dans leur mouvement. De plus, ils garantissent qu’ils prendront la «responsabilité» de ne pas faire payer les toilettes publiques ce jour-là si besoin y est.

Par ailleurs, Eliézer François demande la révocation «immédiate» du Lord-maire, Daniel Laurent, et de tous les conseillers municipaux, car selon lui, ils ne travaillent pas «dans l’intérêt de la population». Le président de MAM explique avoir demandé à rencontrer le lord maire au moins quatre fois pour des discussions mais ce dernier n’est jamais revenu vers eux. Ainsi, il lance également un appel à la Vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales, Fazila Jeewa-Daureeawoo pour demander aux maires de toutes les municipalités de ne pas solliciter des contracteurs pour le maintien des toilettes payantes et de laisser la tâche aux municipalités elles-mêmes d’embaucher du personnel pour l’entretien des toilettes. De plus, Eliézer François estime que cette démarche pourrait représenter un avantage, car en plus de créer de l’emploi, il y aura moins de vol de matériel, comme les robinets, dans les toilettes par exemple.

Le MAM annonce également une série de manifestations à venir si les mesures nécessaires ne sont pas entreprises au plus vite. D’ailleurs une procédure de pétition a déjà été entamée, et environ 125 signatures ont déjà été obtenues.

MAM : «toilet piblik se pa enn faver, se population so drwa»