Me Ashok Radhakissoon : «Le plus vite qu’on ait une télé privée c’est mieux»
Me Ashok Radhakissoon: «Une télévision privée à Maurice est plus que jamais nécessaire.»
Actualités

Me Ashok Radhakissoon : «Le plus vite qu’on ait une télévision privée, c’est mieux»

En marge de la Journée Mondiale de la télévision, célébrée le 21 novembre et proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1996, Inside News a sollicité Me Ashok Radhakissoon, premier président de l’Independant Broadcasting Authority (IBA) et de l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA) pour un commentaire.

«Le plus vite qu’on ait une télévision privée, c’est mieux pour le pays. Tout le monde n’a pas les moyens de se procurer d’un smart phone pour suivre l’actualité sur le Web tv. Avec l’avènement d’une télévision privée, tous les citoyens auront accès libre aux informations», affirme Ashok Radhakissoon. Arguant sur le droit des citoyens d’avoir accès aux informations, il fait remarquer que «les outils ne sont pas disponibles.»

Rappelant que la libéralisation des ondes à Maurice remonte dans les années 2000, résultant aux recommandations, préconisant trois radios privées et une télévision privée, il dit noter que la télévision privée se fait toujours attendre à Maurice. «Une télévision privée à Maurice est plus que jamais nécessaire. Une telle télé ira dans le sens de la vraie sens de la libéralisation des ondes et de la démocratie. Elle permet un plus large éventail au niveau des nouvelles. Elle va au sens pluriel en vue de répondre aux attentes et aux aspirations des Mauriciens. Aussi, elle permet de jeter un autre regard sur la société», argumente-t-il.

Ainsi, dans la conjoncture actuelle, Ashok Radhakissoon déclare qu’on n’a pas toujours accès à toutes les informations. «Une télévision privée sera complémentaire à la télévision publique», soutient-il.

Pour ce qui est du retard pour la mise en place d’une télévision privée, l’ancien président de l’IBA) et de l’ICTA estime : «Cela relève d’une décision politique. Nous n’avons aucun problème juridique, car la loi existe déjà.»

Pour rappel : la Journée Mondiale de la Télévision vise à encourager des échanges mondiaux de programmes télés se concentrant sur la paix, la sécurité, le développement social et économique et l’amélioration de l’échange culturel.

Me Ashok Radhakissoon : «Le plus vite qu’on ait une télé privée c’est mieux»