MMM – Paul Bérenger: «Nous nous opposons au Financing of Parties Bill dans sa forme actuelle»
Il a souhaité que les partis de l’opposition, dont le Parti Travailliste et le PMSD ne votent pas ce projet de loi.
Politique

MMM – Paul Bérenger: «Nous nous opposons au Financing of Parties Bill dans sa forme actuelle»

Le leader du MMM, Paul Bérenger a lors de sa conférence de presse hebdomadaire exprimé son opposition au projet de loi sur le Financement des Partis politiques («Financing of Parties Bill») dans sa forme actuelle. Il a souhaité que les partis de l’opposition, dont le Parti Travailliste et le PMSD ne votent pas ce projet de loi.

«Le comble est que ce projet de loi est totalement différent de celui qui avait été circulé en novembre 2018, cela surtout sur deux points : (i) inclusion d’une dose de financement des partis par l’Etat et (ii) les noms des contributeurs du secteur privé ne devraient pas être rendus publics», a déploré Paul Bérenger. «Or, c’est tout le contraire qui est en train d’être proposé dans la forme actuelle du projet de loi. C’est une tentative de mainmise dangereuse sur les partis politiques. L’attitude des partis au pouvoir tente de faire peur au secteur privé», a-t-il ajouté. Cela dans la perspective des élections générales qui se profilent à l’horizon.

Le leader du MMM a argué que les provisions du Financing of Parties Bill sont «unworkable». «Par exemple, on demande au parti politique de produire tous les reçus découlant des dépenses au-delà de Rs 5 000. Le quartier général d’un parti n’a pas le droit d’être ouvert avant le lancement de la campagne électorale. Toutes sortes d’amendes sont en train d’être imposée, Rs 1million par ici, Rs 1 million par là. Personne autre que le trésorier national n’a le droit d’encaisser les contributions»,  a égrené  Paul Bérenger. Il a déploré que le seuil de dépenses par parti politique est fixé à Rs 80 millions. «Rs 1 million par circonscription et Rs 1 million par candidat sont trop exagéré», a-t-il dit.

Selon Paul Bérenger : «Ce projet de loi sur le Financement des Partis politiques est une répétition du sort de celui sur la Réforme électorale qui a été rejeté faute d’une majorité de ¾ au Parlement. Ils font la même pour qu’il n’y ait pas de majorité de ¾ . Par la suite, ils viendront dire que l’opposition ne l’a pas voté.»

Tout en affirmant que le MMM ne vise nullement l’Electoral Commission et encore moins le Commissaire Electoral, Paul Bérenger a dit renouveler sa confiance en ces institutions. Soulignant qu’en vertu de la clause 41 de la Constitution le gouvernement est appelé à soumettre une copie du projet de loi à l’Electoral Commission pour des commentaires, il a réclamé que ceux-ci soient rendus publics.

En revanche, le leader du MMM a insisté sur un projet de loi sur le Financement des Partis politiques qui répondrait aux attentes de l’électorat et aux aspirations des candidats. «Nous sommes favorables à une bonne loi sur le Financement des Partis. Une bonne loi doit être régie par des garde-fous. On peut avoir recours à un juge en chambre…», a maintenu Paul Bérenger.

MMM – Paul Bérenger: «Nous nous opposons au Financing of Parties Bill dans sa forme actuelle»