MTC privilège la diversification de l'industrie pour une meilleure survie
Les Administrateurs du club devant les membres de la presse
Turf

MTC privilège la diversification de l’industrie pour une meilleure survie

Les administrateurs du Mauritius Turf Club (MTC) ont convoqué la presse, hier, mercredi 19 juin, tard dans la soirée après une première réunion qui a vu la participation des membres du club. Cette rencontre avait pour but de passer en revue la situation difficile du club et d’informer les stakeholders.

Kamal Taposeea, président du club a tout d’abord fait ressortir que cette rencontre avec la presse n’est pas une « political meeting ». Il dit souhaiter que les informations, sur les difficultés financières du MTC, parviennent aux turfistes, mais surtout aux autorités. « If we are given scope to do better, we can do better. We should be allowed to do more. We are not sitting idle », a fait ressortir le président du club.

Il soutient qu’en 2018, selon une étude d’Ernst & Young l’industrie hippique a eu un impact sur l’économie mauricienne. Le rapport avance que nos courses ont généré Rs 6,2 millions dans le GDP, créant plus de 2 170 d’emplois et ont contribué Rs 679 millions dans la caisse de l’État.

De son côté, Mike Rishword, CEO du MTC, s’est attelé sur les dépenses, les pertes et les solutions aux problèmes dont fait face le MTC. L’étude révèle que les pourcentages suivants concernant les revenues de l’organisatrice de courses en 2018.

Fixed Odds Betting: 48.60%
Tote: 28.40%
Rental: 8%
Tickets: 6%
Advert & Sponsors: 4%
Others/autres: 11%

L’autre information relevé c’est le ‘betting turnover’ des bookmakers dans le stand, La Plaine et les off-course bookmakers sur les trois dernières années.

Le club prévoit des pertes de Rs 10 600 000 qui représente à peu près 23 journées pour cette année alors que pour 2020, le chiffre serait de Rs 16 500 000 qui englobe près de 37 journées si les choses en restent là.

Dépenses

Toujours selon l’étude projetée sur le grand écran, 46% des dépenses sont ‘Controllable’, 13% sont ‘Uncontrollable’ alors que 41% concerne les stakesmoney/subsides. Le présidentdu MTC a également fait ressortir que pas moins de Rs 22 millions sont versées à Quantilab pour les tests antidopage. Kamal Taposeea a, toutefois, voulu rassurer que le club fera tout pour ne pas toucher aux stakesmoney et les subsides accordés aux écuries, car beaucoup en dépendent. Cependant, durant cette rencontre, il n’écarte pas la possibilité de diminuer les ‘casual grooms’ et de réduire les dépenses liées à certains aspects de la sécurité des écuries.

Solutions

Pour combattre les pertes, des solutions ont été trouvées. La diversification est évoquée. Kamal Taposeea a cité l’exemple de Hong Kong, de l’Afrique du Sud ou encore de l’Australie comme étant des pays qui ont diversifié leurs activités afin d’accroître leurs revenues.

Ainsi, le football, la loterie, le online gaming, Limited Payout Machine, entre autres, sont quelques solutions avancées. Mais pour cela, le MTC est dans l’attente des licences appropriées pour aller de l’avant avec ces projets. Kamal Taposeea a affirmé que le club a déjà essuyé un refus en ce qui concerne le « simulcasting » et le « commingling ».

En conclusion, Kamal Taposeea a insisté que malgré les grosses difficultés, le club ne restera pas les bras croisés et va « tackle the issues ». Mais tout cela se fera dans le dialogue et avec une approche adéquate.

MTC privilège la diversification de l’industrie pour une meilleure survie