Jeune Afrique : Navin Ramgoolam sur la liste des dirigeants africains qui ont « fui » avec l'argent du peuple
Actualités

Jeune Afrique : Navin Ramgoolam sur la liste des dirigeants africains qui ont « fui » avec l’argent du peuple

On ne le dira jamais assez, l’Afrique est le continent d’avenir avec son immense potentiel. Toutefois, elle peine encore à prendre son envol. Et l’un des problèmes du Continent noir à voir de plus près est que certains de ses dirigeants ont amassé assez d’argent du trésor public. Résultat des courses, ils finissent par être chassé du pouvoir emportant avec eux l’argent du peuple.

Le journal Jeune Afrique, dans sa livraison de cette semaine, est revenu sur ces hommes d’Etat qui se sont appropriés de l’argent du peuple. La rédaction Jeune Afrique égratigne plusieurs présidents tels que Robert Mugabe, l’ex-president de Zimbabwe, Hissène Habré du Tchad, Zine el-Abidine Bel Ali du Tunisie, Mobutu Ses Seko du Zaïre (actuelle RD Congo), Sani Abacha de Nigeria et Omar el-Béchir du Soudan, entre autres.

L’article s’attarde également sur Navin Ramgoolam, ancien Premier ministre de l’île Maurice. Le journaliste fait mention que le domicile de l’ancien chef du gouvernement, Navin Ramgoolam, a été perquisitionné le 6 février 2015. « Dans ses coffres-forts, la police découvre 13 millions d’euros. »

À lire aussi : Des allégations de blanchiment d’argent pèsent toujours sur Navin Ramgoolam

Cela apporte une tâche sur notre île paradisiaque connue comme le Tigre de l’océan Indien quand on voit le nom d’un ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam — qui implore le « pardon »  du peuple — dans la liste de ces indélicats qui ont préféré ne pas tout placer sur des comptes offshore ou dans l’immobilier haut de gamme.

Pour rappel, il aura fallu près d’une semaine aux forces de l’ordre pour venir à bout des coffres-forts. Les billets contenus dans ceux-ci saisis chez Navin Ramgoolam ont tous été comptés, le vendredi 13 février 2015. Ils contenaient Rs 220 millions, dont environ 60 millions en U$ dollars cachetés, voire jamais utilisés. D’ailleurs, une équipe du FBI a fait le déplacement à Maurice pour enquêter sur la provenance de dollars qui n’a jamais été mis en circuit.

Cette affaire lui a même valu une nuit en cellule policière pour l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam. Comme quoi les liaisses de billets qui s’échappaient à l’ouverture des coffres, qui ont marqué les esprits à Maurice, commencent à gagner d’autres frontières.

Jeune Afrique : Navin Ramgoolam sur la liste des dirigeants africains qui ont « fui » avec l’argent du peuple