«Cela permettra au pays d’attirer plus d’investisseurs étrangers»
C’est ce qui établit un communiqué émis par le ministère des Finances en date du 13 mars.
Actualités

« N’étant plus sur la liste noire de l’UE, cela permettra au pays d’attirer plus d’investisseurs étrangers »

Maurice ne figure plus sur la liste noire de l’Union Européenne par rapport aux juridictions non coopératives à des fins fiscales EU Assessment of Third–Country Tax Jurisdictions»). C’est ce qui établit un communiqué émis par le ministère des Finances en date du 13 mars. A la lumière de ce communiqué, il est souligné que le 12 mars 2019, le Conseil de l’Union Européenne a publié un communiqué de presse mettant à jour sa liste noire des juridictions non coopératives à des fins fiscales.

Réagissant à ce dénouement, voire le nouvel statut de Maurice, Ganessen Chinnapen, économiste dans une déclaration à Inside News, ce 14 mars exprime sa satisfaction : « Maurice n’est pas un paradis fiscal («tax heaven»).» Mais, cela dit, il estime qu’il y a certaines compagnies étrangères qui sont susceptibles faire de la ‘tax avoidance’

«En raison de l’engagement rapide pris par le gouvernement mauricien le 4 février 2019, Maurice ne figure pas sur cette liste noire», souligne ce communiqué. «Maurice reste déterminée à respecter les normes et les pratiques optimales internationales et les autorités mauriciennes continueront de collaborer étroitement avec les parties prenantes pour assurer la bonne réputation de la juridiction», ajoute le communiqué.

.«Par exemple, elles savent comment transférer et transiter des fonds légalement en faisant des donations. En ce faisant, elles embauchent des avocats et des conseillers financiers en vue de les conseiller sur le processus de transfert des fonds dans la légalité», avance Ganessen Chinnapen. Compte tenu de  cet éclaircissement,  Maurice en tant que destination se présente comme étant plus crédible et plus transparent. «Cela permettra au pays d’attirer plus d’investisseurs étrangers», clame-t-il.

En revanche, l’économiste Ganessen Chinnapen insiste : «Il est impérieux de voir quelle orientation Maurice mettra en œuvre pour booster et revaloriser le secteur des Services financiers, cela d’autant plus plus que nous avons la garantie concordante de l’UE» Selon lui, il faudra voir comment l’Etat mauricien va revoir ce secteur en accentuant sur les Financial Regulations et le Financial Prudence. «Il nous faut voir comment fournir des services novateurs dans ce secteur», dit-il.

Par ailleurs, Ganessen Chinnapen fait état des investissements «entrants» et des investissements «outwards», notamment de Mauriciens qui lorgnent vers l’Afrique qu’il faut promouvoir.

S’agissant de la liste noire, elle comprend 15 juridictions, à savoir les Samoa américaines, Guam, Trinité-et-Tobago, les Îles Vierges américaines, la Barbade, les Émirats arabes unis, les Îles Marshall, Aruba, le Belize, les Bermudes, les Fidji, Oman, Vanuatu et la Dominique.

Pour ce qui est des juridictions engagées, il est soutenu qu’en outre de Maurice, il y a l’Australie et le Maroc qui se sont engagées à prendre les mesures nécessaires conformément aux meilleures normes fiscales internationales d’ici à la fin de 2019.

«Cela permettra au pays d’attirer plus d’investisseurs étrangers»