“Nous voulons une République citoyenne et plus solidaire”
Actualités Politique

“Nous voulons une République citoyenne et plus solidaire”

“Nous voulons une République citoyenne et plus solidaire”: propos de la secrétaire générale du Muvman Patriot Morisien (MPM), Tania Diolle dans son allocution lors du rassemblements des partisans à l’Auditorium Octave Wiehe, à Réduit, dimanche 21 février, dans le cadre du changement d’appellation du parti.

“Nou pa guet figir. Nou fer proze national. Sak soldat, sak ambassadris pran lor li ek fer travay la bien. Zot pran zot destin en main”, a soutenu la PSS, Tania Diolle. Toujours en ce qu’il s’agit d’une République plus solidaire, l’élue de No 18 ( Belle-Rose/Quatre-Bornes), elle a avancé qu Maurice, comptant plus de 50 années d’histoire a progressé au niveau de la justice sociale. “Nous ne pouvons pas dire qu’il n’y a pas de justice sociale. Entre autres mesures, il y a eu l’introduction du Minimum Wage à Rs 10 200. Nous ne pouvons pas nous baser sur des exceptions pour tout remettre en question”, a argué Tania Diolle. 

La secrétaire générale du MPM, Tania Diolle,, encadrée du leader, Alan Ganoo et d’autres partisans du parti.

Selon elle, le contexte politique du moment c’est d’agir. “Nous voulons aller vers une société de créations. A ce chapitre, ce sont les femmes qui donnent cette dynamique. C’est cela leur role”,  a déclaré la PPS Diolle. Elle a dit travailler sur le développement et de nouvelles propositions.

Affirmant que la démocratie fait partie des fondements de la société, surtout en cas d’échec, Tania Diolle a maintenu: “C’est cela qui fait que notre pays soit stable.” “Après 50 ans, notre pays est encore à cicatriser les blessures du passé, à travers la réalisation de certains projets, notamment le Musée Intercontinental de l’Esclavage, l’Aapravasi Ghat…Il y a aussi, la quête de soi et de l’identité nationale”, a-t-elle déclaré.

En tant qu’une jeune de 36 ans, Tania Diolle a confié: “Cela me fais avoir de l’espoir pour l’avenir. Les bases, les recettes pour la réussite du pays, il y a tout un travail qui est fait par Alan Ganoo.”

Tout en insistant qu’il ne faudrait pas oublier l’histoire du pays, la secrétaire générale du MPM a soutenu qu’il ne faudrait pas continuer avec cette attitude anti-système, voire anti-conformiste. “Ki ou pe dir ou envi sanz tou. Nou, nou dir ki nou bizin sa bann bases la”. Elle a maintenu qu’une synergie de tous les professionnels désireux de faire des choses. C’est le peuple qui décide. C’est le peuple qui prend en main sa destinée.

Suivant les valeurs qui lui ont été inculquées, elle  argué que les partis sont appelés à adopter les valeurs républicaines. “Chaque ambassadeur du parti a la responsabilité d’agir comme passerelle. Ce sont eux qui font la différence”

bien. Zot pran zot destin en main”, a soutenu la PSS, Tania Diolle, à l’Auditorium Octave Wiehe, dimanche 21 février.

Pour revenir au rebranding, Tania Diolle a argué qu’après 50 ans, le pays a besoin d’un renouveau de la racine jusqu’au sommet. Soulignant que de jeunes vivent dans un contexte difficile, elle a insisté: “Nous devons être un catalyseur pour des jeunes qui sont en quête de repères. En conséquence de la crise, nous voyons aujourd’hui de jeunes au sein des familles qui sont en quête. Leur quête c’est quoi?: des des revendications. Ces jeunes nous avons besoin de leurs revendications, de leurs propositions et de leur participation”

Selon elle, c’est toute une génération de jeunes femmes qui est en attente. Dans le cadre du “rebranding”, elle a souligné que la direction du parti a réservé deux ou trois surprises. En dernier lieu, Tania Diolle a exprimé ses remerciements à son mentor, Alan Ganoo et à l’électorat de no 18 pour “son soutien et sa consistance.”

 “Nous voulons une République citoyenne et plus solidaire”