Opinion: NavinGate - De quel secret bancaire ou fonds privés parlons-nous?
Il n’est un secret de polichinelle que dans l’affaire de NavinGate, le leader des Rouges y laisse des plumes.
Actualités opinion Politique

Opinion: NavinGate – De quel secret bancaire ou fonds privés parlons-nous?

Quand on lit une certaine presse, dite “indépendante”, dans l’affaire NavinGate qui est venue éclabousser le leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam on tente de faire la leçon aux journaux en ligne et on se cache derrière certains internautes pour se voiler la face pour arguer qu’il y une distinction à faire entre fonds publics et fonds privés d’un individu ou d’un parti politique ou encore de violation de secret bancaire.

Le comble est que lorsque cela les arrange, comme dans nombre de cas, à l’instar de l’affaire Gurib-Fakim avec en toile de fond l’affaire Platinum Card et l’affaire Alvaro Sobrinho, cette prétendue presse indépendante s’adonnait à coeur joie à l’encontre d’Amina Gurib-Fakim, alors présidente de la République en publiant ses frasques en utilisant le Platinum Barclay Card, qui avait été mise à sa disposition par l’ONG, Planet Earth. Quand cela ne les arrange pas, surtout lorsqu’il s’agit de la préservation des intérêts de gros capital, de pacte électoral ou encore des intérêts d’une quelconque confrérie, on vient nous rabattre les oreilles avec la nécessité de faire de distinction entre fonds publics et privés et violation de secret bancaire.

De ce fait, peu importe la conjoncture, électorale ou pas, si un leader politique, une personnalité de l’Etat, commet des erreurs ou fait des largesses, allant à l’encontre de l’intérêt de son parti ou de la République, il/elle doit payer les conséquences de ses actes. Point à la ligne. 

On ne peut pas avoir une politique à deux vitesses ou  deux loi pour la presse mauricienne. Une seule loi suffit pour tous. La déontologie journalistique doit être scrupuleusement respectée. Certains chefs, voire de grands manitous, qui cumulent des casseroles, sont mal placés pour faire la leçon aux autres.

Il n’est un secret de polichinelle que dans l’affaire de NavinGate, le leader des Rouges y laisse des plumes. Il se trouve dans une très très mauvaise, surtout lui qui s’est positionné pour aller à reconquête pouvoir lors du scrutin du 7 novembre.

A 18 jours des élections générales, un vent de panique souffle sur les Rouges. Un fort sentiment de dégoût, d’exaspération…a gagné le Ptr. Navin Ramgoolam se retrouve au bord du gouffre. Il nous revient que le lion s’est terré davantage dans sa tanière. Compte tenu de l’ampleur de ce scandale, resté caché pendant tout ce temps, le peu de crédibilité qu’il lui reste est en train d’être consumée sur le bûcher des vanités. Il se chuchote que le leader des  Rouges, tout déplumé, songerait à step down.  Si tel est le cas, tant mieux pour le pays. Reza Issack, journaliste et ancien PPS qui a claqué la porte au Ptr, le 18 septembre dernier, a déclaré avec raison: “Il faut savoir partir avant qu’on ai des traits de dinosaure.”

Opinion: NavinGate – De quel secret bancaire ou fonds privés parlons-nous?