Actualités Editor's Picks opinion

Où en est la responsabilité citoyenne ?

Que se passe-t-il dans notre société ces jours-ci? Nous dirigeons-nous, à vive allure, vers une société égoïste, irresponsable et violente? Les médias locaux regorgent d’exemples où beaucoup ne respectent pas les lois du pays et ne se soucient pas des autres.

Jetez un coup d’oeil sur les lieux publics. Les ordures sont n’importe où et partout. Qui se soucie de nettoyer une plage publique après un pique-nique? Allez sur la route. La situation n’est pas différente. Les véhicules sont garés des deux côtés de la route ou sur le trottoir sous le nez des policiers. Les marchands ambulants et les colporteurs ont pratiquement colonisé les trottoirs dans les zones commerciales achalandées, obligeant les piétons à marcher sur les rues.

Il y a d’autres qui endommagent les propriétés publiques. Faites le tour aux environs du marché de Port Louis. C’est le chaos. La présence d’un ou deux officiers de police ne fait peur à personne.
Mais attention. N’essayez pas de protester ou élever votre voix contre le chaos ou ce qui se passe. Les conséquences sont inimaginables. Les bons samaritains s’exposent à des insultes, à un manque de respect et même à une bonne raclée qui pourrait le conduire à un lit gratuit dans un hôpital gouvernemental.

Force de constater que la plupart des gens aujourd’hui ne s’occupent plus que d’eux-mêmes. Ce qui arrive aux autres n’est pas leur problème. « Faire foutre » avec les autres semble être le nouveau mantra pour violer ou contourner la loi, d’interférer avec le travail des autres, menacer paix, faire fi de la justice, et crier des slogans hostiles.

Prenons le cas de ce monsieur à Vallée des Prétres qui faisait de la grillade quand une équipe de fumigation est arrivée près de chez lui pour fumiger et empêcher la prolifération de la dengue. Au lieu d’accueillir l’équipe et de l’aider à faire son travail, il aurait insulté et agressé physiquement l’équipe de fumigation. Sa grillade était plus importante pour lui que la santé de ses villageois qui risquaient d’être piqués par des moustiques, alors que la Dengue est devenue un grave problème en dépit d’un traitement de soutien rapide par les autorités.

Est-ce un cas isolé de banditisme, de brutalité citoyenne? Non.
Les examples ne manquent pas. Il y en a plusieurs. Le media les rapporte presque quotidiennement : l’homme qui viole et imprégne sa propre fille ; des jeunes qui sont devenus des gangs criminels ; des groupes de personnes qui empeche l’arrestation d’un criminel ou d’un trafiquant de drogue ; une foule hostile qui bloque le passage de la police, saccage la voiture des officiers de l’ICAC, pour aider un récidiviste de s’enfuir ; ou, pire encore, les incidents répétés entre la foule et les membres de Groupement d’intervention de la Police dans une cité dans le nord—et on en passe.

Tous ces incidents et les facteurs qui les entourent, et bien d’autres encore, sont des signes avant-coureurs d’une société dépourvue de citoyens responsables et au bord de la destruction.
Des citoyens responsables sont le plus grand cadeau qu’une communauté puisse avoir. Lorsque les citoyens choisissent de devenir stériles et improductifs, le verdict est écrit sur le ciel – Pas d’avenir pour une telle communauté.

Au cours des dernières années, une proportion croissante de notre population a cessé de se sentir responsable de la défense commune, d’accepter une responsabilité personnelle pour les besoins de la communauté, ou même pour leur propre gagne-pain.
Notre plus grand souci est que, à moins que cette détérioration ne soit arrêtée, les citoyens responsables seront trop peu nombreux pour soutenir et protéger les irresponsables.

Notre démocratie a besoin des citoyens, quel que soit leur âge, des personnes compatissantes qui sont responsables, organisées et novatrices. Nous avons aussi besoin d’une nouvelle génération de jeunes prêts à assumer leurs responsabilités, à diriger les autres et à relever les défis sociaux et environnementaux de demain.

Où en est la responsabilité citoyenne ?