PAD & Co: l’élaboration d’un plan pour éviter la fermeture de l’entreprise 
L’élaboration d’un plan pour éviter la fermeture de PAD & Co Ltd,  entreprise de construction, placée sous administration volontaire depuis le 7 juillet dernier.
Actualités

PAD & Co: l’élaboration d’un plan pour éviter la fermeture de l’entreprise 

L’élaboration d’un plan pour éviter la fermeture de PAD & Co Ltd,  entreprise de construction, placée sous administration volontaire depuis le 7 juillet dernier. Des mesures sont également prises pour préserver l’emploi de quelque 900 employés qui sont de surcroît privés des salaires de juillet. C’est la résultante d’une réunion tripartite, regroupant le ministre du Travail, des Relations Industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callichurn, de l’administrateur, Rajeev Basgeet, de la firme-d’experts-comptables Pricewaterhouse Coopers (PwC), et le président de la Confédération des Travaileurs du Secteur Privé (CTSP) et négociateur des employés, Reeaz Chuttoo, à Victoria House, hier lundi, 3 août. 

Il faut dire que cette réunion tripartite expresse fait suite à un nouveau rassemblement des employés de PAD & Co au siège de la CTSP, à Rose-Hill la veille, dimanche 2 août et d’un Freezing Oder de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), pesant comme une épée de Damoclès sur les comptes de la compagnie. A noter que cet ordre de  la Cour Suprême a été émis sous la Prevention of Corruption Act et la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act dans le sillage de Saint Louis Gate, relativement aux allégations de fraude et de corruption d’une somme de Rs 700 M découlant de l’achat de quatre turbines au coût de Rs 4,3 milliards. 

Les discussions entre les trois hommes, en l’occurrence, Soodesh Callichurn, Rajeev Basgeet et Reeaz Chuttoo  ont été axées sur la préservation des emplois et le  la fermeture de la compagnie. Ils ont évoqué le non-paiement des salaires depuis juillet, à la suite du gel des comptes bancaires de PAD & Co.

A l’issue de cette réunion, le ministre Soodesh Callichurn a donné a rassuré que la Cour suprême ferait connaître son ruling, ce mercredi 5 août.

De son coté, Reaz Chuttoo, a affirmé que l’administrateur a souhaité que l’ICAC formule une demande pour une modification de l’ordonnance de la Cour afin de pouvoir honorer les salaires des employés.

Auparavant, lors du rassemblement des employés, dimanche, le président de la CTSP a fait un plaidoyer “pour éviter un drame humain.” Il s’est montré critique contre l’ICAC qui a fait peu de cas de la situation dans laquelle, se retrouvent les employés de PAD 7 Co. “Il faut à tout prix éviter un drame humain. Outre les 450 – 500 employés mauriciens qui n’ont pas perçu leurs salaires de juillet, il y a  autant des  travailleurs: malgaches, Bangladeshis qui n’ont pa eu de meal allowance. Par conséquent, ils sont privés de nourriture”, a déploré Reeaz Chuttoo. Cela avbant d’exprimer le voeu: “Que l’ICAC tire la leçon, la prochaine fois, avant de demander le gel des comptes d’une firme. Il faut penser avant tout aux employés”.

De ce fait, Reeaz Chuttoo a affirmé qu’une demande a été formulée à l’CAC pour demander une variation du Freezing Oder à la Cour Suprême afin que les employés puissent percevoir leurs salaires.

Effectivement, dans les milieux proches de l’administrateur, nous apprenons qu’une banque aurait consenti à honorer les salaires se chiffrant à Rs 14 millions pour la période du 7 juillet au 6 août.

PAD & Co: l’élaboration d’un plan pour éviter la fermeture de l’entreprise