Padayachy: “Le Plan de relance de Rs 100 milliards: un Plan de protection/création d’emploi” 
Renganaden a soutenu que Maurice est est un peuple résilient, qui a toujours su relever les défis avec pragmatisme et optimisme.
Actualités

Padayachy: “Le Plan de relance de Rs 100 milliards: un Plan de protection/création d’emploi” 

“Le Plan de relance d’un montant de 100 milliards que j’ai présenté lors du Budget 2020-2021 est aussi et avant tout un Plan de protection et de création de l’emploi”: telle est la précision apportée par le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, dans un autre volet de son keynote address, consacré au secteur  , qualifié de “véritable clé de voûte de l’économie mauricienne.” C’était lors de l’atelier de travail sur le thème Broadening employment opportunities in the post-Covid era, à l’Atal Bihari Vajpayee Tower, Ebène, hier, mardi 15 septembre.

“C’est cela l’Économie de la vie, un nouvel état d’esprit, une nouvelle façon d’appréhender les opportunités”, a-t-il affirmé. Dans ce contexte, il a paraphrasé Winston Churchill: « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » 

De ce fait, il a soutenu que Maurice est est un peuple résilient, qui a toujours su relever les défis avec pragmatisme et optimisme. “Cette crise ne sera pas l’exception. Nous en sortirons plus forts et plus unis. Maurice est d’ailleurs en plein milieu de cette transformation”, a argué le ministre des Finances. 

Ainsi, il a énuméré quelques-uns des projets en cours dans le secteur de la construction. “En effet, Rs 21 milliards seront mobilisées au cours des 3 prochaines années pour la construction de 12 000 logements sociaux”, a-t-il dit. De même, il a mentionné la construction du barrage de Rivière des Anguilles “qui permettra de stimuler le marché de l’emploi dans le domaine de la construction.” 

Rappelant le devoir de préparer l’avenir du pays, Renganaden Padayachy a souligné: “A cet égard, nous travaillons activement à la refonte et à l’implémentation de notre stratégie de l’emploi. Le tout dans un monde en pleine mutation”  Cela avant d’ajouter: “Nous avons vu comment le Covid-19 a entraîné un changement radical tant dans la conduite des affaires que dans nos habitudes professionnelles. 

Le ministre des Finances a fait remarquer que le commerce en ligne et le télétravail “sont passés d’une phase de test à celle d’une adoption à grande échelle dans plusieurs secteurs, surmontant ainsi de tenaces usages.” 

Dans cette perspective, il soulève certaines questions: “Comment nous conformer à ce nouvel environnement de travail ? Comment, en particulier, faire en sorte que les femmes et les jeunes trouvent leur place sur le marché du travail et qu’ils contribuent au nouveau paysage économique que nous sommes en train de construire ? Comment accélérer l’intégration de la technologie dans nos espaces de travail ?” Ainsi, le ministre Padayachy a indiqué que trouver des réponses n’a jamais été aussi pressant. “Fort heureusement, surmonter les obstacles est ce que notre pays fait de mieux”, a-t-il dit. 

Insistant que Maurice a un long chemin à parcourir, le ministre des Finances a maintenu: “L’individualisme n’est pas une option. Notre réussite dépendra de la collaboration entre le Gouvernement, la communauté des affaires, les représentants des travailleurs et la société civile. Ensemble, travaillons à la réalisation d’un objectif commun.” 

Il a affirmé que la Banque de Maurice, à travers son plan de soutien, s’est pleinement investie dans la sauvegarde des emplois. 

“En allégeant la pression sur les banques commerciales, et par ricochet, sur les entreprises, les emplois de centaines de milliers de Mauriciens sont protégés”, a soutenu le ministre Padayachy. “C’est dans ce but que les moratoires ont récemment été étendus jusqu’au 31 décembre de cette année, pour un montant total de plus de Rs 9 milliards”, a-t-il ajouté. 

Par ailleurs, Renganaden Padayachy est revenu sur la Mauritius Investment Corporation (MIC), une subsidiaire de la Banque de Maurice. “L’une de ses missions est de venir en aide aux entreprises systémiques viables mais durement affectées par la crise. Le capital de MIC est de quelque 80 milliards de roupies et que 20 milliards sont allouées aux distressed companies”, a-t-il dit.

Padayachy: “Le Plan de relance de Rs 100 milliards: un Plan de protection/création d’emploi”