Bodha condamne la libération prématurée des pirates par la Somalie et le Puntland
C’était lors d’une conférence de presse, à son bureau, à Port-Louis, fin de la semaine dernière.
Actualités

Bodha condamne la libération prématurée des pirates par la Somalie et le Puntland

Le ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha, également, président de Contact Group on Piracy off the Coast of Somalia (CGPCS), a condamné la libération prématurée des pirates par la Somalie et le Puntland. C’était lors d’une conférence de presse, à son bureau, à Port-Louis, fin de la semaine dernière.

«Le Somaliland a procédé à la libération prématurée de 19 pirates condamnés, le 30 juillet 2019, cela bien avant que les pirates ne finissent de purger leurs peines d’emprisonnement», a dénoncé Nando Bodha. Aussi, il a souligné que le CGPCS a été informé de la libération prématurée d’un pirate reconnu coupable par le Puntland le 4 septembre 2018. Il a fait remarquer qu’en tant que président du CGPCS, il a publié un communiqué le 7 septembre 2018 condamnant une telle action.

Nando Bodha: «La piraterie reste un danger réel pour le commerce, voire un risque réel pour la région»

Compte tenu du fait que certains pirates ont été arrêtés, condamnés et emprisonnés aux Seychelles, Nando Bodha s’est insurgé que la Somalie est en train de libérer certains pirates. «Le Puntland et la Somalie ont relâché les pirates. De ce fait, on est en train de démanteler tout l’arsenal juridique qui a été mis en place», a déploré le ministre des Affaires étrangères de Maurice.

Nando Bodha a soutenu que la communauté internationale et les États de la région ont déployé de nombreux efforts pour faire en sorte que les actes de piraterie ne restent pas impunis. «Des libérations prématurées de pirates condamnés par les autorités du Puntland et du Somaliland pourraient compromettre les efforts collectifs de la communauté internationale pour combattre et réprimer la piraterie au large des côtes somaliennes afin de garantir la sûreté et la sécurité de l’océan Indien occidental.»

Nando Bodha a affirmé que le 4 août, Maurice a appris que le Puntland avait l’intention de libérer 30 prisonniers avant la fin de leur emprisonnement. «Après une forte représentation diplomatique, il est entendu que le Puntland n’a plus l’intention de libérer les 30 prisonniers. Selon les informations les plus récentes, ils envisagent, en consultation avec le gouvernement fédéral somalien, de transférer les 30 prisonniers vers le complexe du tribunal de la prison de Mogadishu», a déclaré le chef de la diplomatie de Maurice. «Nous devons veiller à ce que ces pirates transférés ne soient pas libérés avant d’avoir purgé leurs d’emprisonnement», a-t-il insisté.

En tant que président du CGPCS, Nando Bodha a affirmé d’avoir pris certaines actions. Outre d’adresser une lettre aux Nations Unies, suivie d’une rencontre avec l’assistante du Secrétaire Général de l’ONU, le chef de la diplomatie mauricienne a déclaré : «A travers notre ambassadeur, on a demandé que ce dossier ait toute l’attention nécessaire à New York. En sus d’une réunion qui a eu lieu, cette semaine ( mercredi 21 août, ndlr), l’ambassadeur Koonjul aura une rencontre avec le secrétaire général des Nations Unies, le 4 sept, cela afin que  ce dossier soit pris en priorité.»

Dans la conjoncture, le ministre Bodha a maintenu :  «La piraterie reste un danger réel pour le commerce, voire un risque réel pour la région (…) L’océan Indien est en train de devenir une zone de passage pour beaucoup de trafics illégaux : humain, financier, drogue… »

Bodha condamne la libération prématurée des pirates par la Somalie et le Puntland