Actualités

«… planter ce que nous mangeons et manger ce que nous plantons »

Depuis le début du couvre-feu sanitaire, le ministère de l’Agro-industrie et de la Securité alimentaire, a multiplié les initiatives pour assurer que le pays reste autosuffisant en matière des légumes. En deux mois, plus de 130 arpents de terres, à Rose Belle Sugar et à Deux Bras, sont passés sous culture agricole. Ces terres appartiennent à la Rose Belle Sugar Estate (RBSE) et à la Sugar Investment Trust Holdings Ltd (SITHL). Les autorités assurent que d’ici la fin de cette année, quelque 500 arpents de terres seront mis sous culture vivrière.

Le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, Maneesh Gobin, accompagné des représentants de son ministère, des responsables de l’établissement de Rose Belle, des officiers de la SITHL et des planteur,  a ainsi effectué une visite le mercredi, 27 mai 2020, dans les champs à Rose Belle et à Deux Bras. Son constat est des plus encourageants.

À elle seule, la Rose Belle Sugar Estate, a mis quelque 50 arpents de terre sous culture vivrière avec plus d’une dizaine de variétés de légumes dont certains sont prêts à être mis sur le marché. Parmi, choux, courgettes, aubergines, giraumons, laitues, calebasses et concombres entre autres. A Deux Bras, 50 arpents de terrains additionnels ont été consacrés à la culture d’oignions, d’haricot vert, manioc, maïs et patate douce entre autres. Et 30 autres arpents, notamment à  Britannia et à Rivière du Poste, sont passés sous culture d’oignions et de pâtissons.

D’ici fin 2020, quelque 500 arpents de terres agricoles seront sous culture

Le ministre Gobin affiche la satisfaction au vu des résultats des plus qu’encourageants démontrés par la RBSE et la SIT. Maneesh Gobin estime que   les institutions gouvernementales se doivent de montrer l’exemple- ‘lead by example’- et que tout le monde doit mettre la main à la pâte pour augmenter notre production agricole locale.

Selon Maneesh Gobin, il faut planter ce que nous mangeons et manger ce que nous plantons et ce n’est que de cette façon que nous pourrons assurer la sécurité alimentaire.

Le ministre a aussi annoncé qu’avant la fin de 2020, plus de 500 arpents de terre seront sous culture, ce qui permettra de répondre aux besoins locaux.

Le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire soutient que la solution face à une pénurie éventuelle est la production locale. Dans la foulée, il lance un appel aux Mauriciens et au secteur privé afin qu’ils retournent vers la terre et commencent à planter des fruits et légumes.

« Je tiens à rassurer la population que nous faisons ce qu’il faut pour que la population ne manque pas de légumes.  Et je lance un appel aux particuliers et aux au secteur privé d’en faire de même, c’est-à-dire de retourner à la terre »

Il a aussi tenu à saluer l’initiative de la Rose Belle Sugar Estate et de la SITHL qui ont donné le bon exemple en faisant montre de  leur savoir-faire.

  « C’est un travail d’équipe qui se fait, Chaque organisme impliqué a son importance et amène sa contribution, » a ajouté Maneesh Gobin.

« La politique du gouvernement est très claire- nous devons planter ce que nous mangeons et manger ce que nous plantons, » a soutenu le ministre. Il   donne la garantie que l’État prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire.

Le ministre a aussi déclaré que son ministère n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. « Nous n’allons pas nous arrêter à la culture des légumes. Nous allons aussi planter des arbres fruitiers dépendant de la nature du sol et du climat. »

Grace a ces initiatives, soutient le ministre, Maurice n’a rien à craindre car l’autosuffisance en matière alimentaire est assurée.

«… planter ce que nous mangeons et manger ce que nous plantons »