Fond du Sac: les vraies causes des inondations mises en exergue
Le bilan est lourd en termes de dommages et de pertes des biens ( mobilier, denrées alimentaires, effets personnels…), suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays les 9 et 10 avril. Effrayantes. Le spectacle est affligeant et désastreux, d’autant plus que ces calamités naturelles ont en filigrane, les effets des changements climatiques.
Actualités

Pluies torrentielles: une centaine de maisons inondées à Fond du Sac, Trou aux Biches, Mapou…

Plus d’une centaine de maisons sont inondées dans le nord du pays, dont 54 à Fond du Sac, 14 à Trou aux Biches et 10 à Mapou, lors des pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays depuis hier, 9 avril. Cela sans compter les accumulations d’eau à Terre Rouge, Riche Terre, Baie du Tombeau, Port-Louis, entre autres.

«Ma boutique et ma maison ont été inondées par les eaux pluviales. Outre les effets personnels de ma famille qui ont été abimées dans la maison familiale, des denrées alimentaires et d’autres produits de consommation de notre boutique sont gravement affectés», confie M. Ramkissoon, propriétaire de la Boutique Ramkisson. Comme lui, plus d’une cinquantaine de familles y sont touchées dans ce village. Les familles affectées sont très remontées par la lenteur des mesures correctives, cela indépendamment du gouvernement en place. «Depi 30 banane nou per soufer. Sak fois promess, promess…Narien pas fer», s’insurge Sona, un autre habitant, victime des inondations.

Même la capitale, Port-Louis n’as pas été par les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays depuis, hier. Les principales artères ont été caractérisées par des accumulations d’eau.

Le député-ministre Ashit Gungah qui était sur place, hier soir et ce matin a eu fort à faire pour calmer les des victimes en colère. Ces familles n’ont pas apprécié sa présence dans la zone sinistrée, ce matin. «A sak fois zot promet drain, mais narien na pas enkor fer. A sak fois ou annonce mem zafer. 4 ans finn passe, narien pa enkor fer», lance une habitante à l’adresse du ministre Gungah.

Le député-ministre a tenté de calmer les esprits : «Nous avons tout fait pour l’aménagement de nouveaux drains dans cette région de Fond du Sac. Le seul hic est le land compulsory acquisition qui prend du temps» Il promet aux habitants que d’ici trois de nouveaux drains seront construits à Fond du Sac.

Plus loin, à la rue Père Laval, à Trou aux Biches, c’est le même spectacle affligeant. 15 familles, à savoir les Séblin, les Maurer, les Enouf… ont eu leurs maisons inondées, à l’accoutumée, lors des pluies torrentielles. «Depi hier tantot mo pe tire delo dan la caze. A sok fois lapli torrentiel, nou bann fami victim inondation», s’insurge Tristan Séblin, porte-parole des familles des victimes. Il pointe du doigt à un énième projet de Morcellement Jhuboo dans cette région de Trou aux Biches. Il dénonce que lors de la réalisation des deux derniers projets de morcellements à Trou aux Biches, à savoir RES et Tobago, la situation de ces 15 familles s’est agravée.

«Juste en face de nos maisons, le promoteur avait mis en place un grand puits d’absorption. Mais, lors des pluies diluviennes ou torrentielles, ce puits d’absorption ne sert à rien. Le comble, est que le promoteur Jhuboo vient de l’avant avec un énième projet de morcellement sur un dernier site, situé en face de nos maisons», déplore Tristan Séblin. A cet effet, il fait état d’un nouveau panneau indicateur qui a été installé sur ce site.

«Pour nous, c’est clair, il n’y aura pas de nouveau projet de morcellement sans la mise en place des drains adéquats, passant à la lisière de nos maisons pour rejoindre Trio Road avant d’être canalisé vers la mer», maintient Tristan Séblin. A cet effet, il fait référence d’une réunion des habitants et des forces vives avec les représentants du promoteur, voici deux ans sur ce projet. «Missie la ti promet nou ki li pou revinn vers nous apre. Me niet ! Pou nou pas de drain, pas de projet de morcellement», lance Tristan Séblin catégorique.

Outre la dizaine de maisons inondées à Mapou, il y a eu des accumulations d’eau un peu partout dans le nord. En sus de la situation chaotique sur le tronçon de route en face du Kovil de Terre Rouge ( Sinatambou), la route est impraticable en face de Shibani et Résidence Bois d’Oiseaux, à Mon Choisy, cela en dépit du fait de l’aménagement d’un drain, il y a deux ans. La situation est d’autant plus dramatique à la hauteur de l’école primaire d’Arsenal. En conséquence du manque d’entretien du Storm Drain qui traverse la région, il n’y aucune canalisation des eaux pluviales pour les jeter dans la Rivière Citron. Le canniveau existant est obstrué par des terres et autres gravats. Il y a aussi des accumulations d’eau sur la route principale à 9e Mile, Triolet.

A ce matin, la route principale de Baie du Tombeau était impraticable sur deux tronçons, l’un non lon du poste de police et l’autre à la hauteur de Simla Supermarket.

Pluies torrentielles: une centaine de maisons inondées à Fond du Sac, Trou aux Biches, Mapou…