Plusieurs zones d'ombre révélés dans l’affaire Iqbal Toofany
Iqbal Toofany est décédé à l’hôpital Victoria, Candos, en mars 2015, le lendemain de son arrestation par la police de Rivière-Noire.
Actualités Judiciaire

Plusieurs zones d’ombre relevés dans l’affaire Iqbal Toofany

Trois témoins de l’affaire Iqbal Toofany ont défilé en Cour intermédiaire devant la magistrate Niroshini Ramsoondar jeudi 21 mars. Parmi deux témoins clés qui ont été longuement entendus, dont le constable Jean François Vincent Fidèle et le constable Marianne. Lors de leurs interrogatoires, plusieurs zones d’ombre ont été mis à jour.

Le constable Fidèle a souligné que lors du contrôle de routine effectué par ces collègues de l’Emergency Response Team (ERS) le 28 mars, ils avaient arrêté Iqbal Toofany au volant de sa nouvelle voiture. Comme la vignette d’assurance et la plaque d’immatriculation ne correspondaient pas et après la découverte de plusieurs objets dans une sacoche, Iqbal Toofany, 42 ans, a été remis à la CID de Rivière-Noire pour enquête aux petites heures du matin du 1er mars. Deux contraventions avaient été servies contre Iqbal Toofany avant même qu’il n’ait été conduit au poste de police. L’heure où la contravention a été servie ne correspond pas celle où Toofany a été stoppé pour le contrôle. Par la suite, les policiers ont procédé à une fouille corporelle sur la victime. « There was no visible mark of violence on him» a souligné le Constable Fidèle.

De plus, quand les officiers ont remis Iqbal Toofany à la CID de Rivière Noire plus précisément au constable Jonny Laboudeuse (ex-policier impliqué dans le dècés d’Iqbal Toofany), aucune entrée n’a été faite dans le « Diary Book » de la police comme prévoit les « Standing Orders ». À la fin, Me Gavin Glover a affirmé qu’une charge de Rogue and Vagabond avait été logée contre Toofany le 2 mars, mais ce dernier avait déjà quitté ce monde.

Le procès a été ajourné au 7 mai. Les quatre policiers sont défendus par Me Gavin Glover, SC assistés par Ludovic Balancy et la poursuite est représentée par Mes Azam Neerooa, qui est assisté de Me Roshan Santokhee.

Pour rappel, Vikash Persand, Ronny Vincent Qaiqui, Jean François Numa et Joshan Raggoo, font l’objet d’une accusation formelle de «torture by public official» en vertu de l’article 78(1) (a) (i) du Code pénal dans le cadre de cette affaire. Iqbal Toofany est décédé à l’hôpital Victoria, Candos, en mars 2015, le lendemain de son arrestation par la police de Rivière-Noire.

Plusieurs zones d’ombre relevés dans l’affaire Iqbal Toofany