PNQ : «Une augmentation des arrivées touristiques de 3,5% au 22 avril 2019»
Ainsi, il a répondu à la PNQ du leader de l’Opposition, à l’Assemblée Nationale, à la mi-journée, ce mardi 23 avril.
Actualités

PNQ : «Une augmentation des arrivées touristiques de 3,5% au 22 avril 2019»

Le ministre du Tourisme et des Loisirs, Anil Gayan a affirmé qu’à la lumière des chiffres au 22 avril 2019, une augmentation des arrivées de passagers de 3,5% est enregistrée. Ainsi, il a répondu à la PNQ du leader de l’Opposition, à l’Assemblée Nationale, à la mi-journée, ce mardi 23 avril.

Poursuivant sa réponse, Anil Gayan a précisé : «En termes réels, les arrivées de touristes en mars 2019 ont enregistré une baisse de 4,5% par rapport à la même période en 2018 et non de 8,7%. De même, les arrivées de touristes pour le premier trimestre de 2019 ont diminué de 1,2% et non de 4,5%.» Il a souligné que les chiffres exacts concernant les arrivées de touristes pour les trois derniers mois sont établis par Statistics Mauritius. Primo : le nombre total d’arrivées de touristes pour janvier 2019 a augmenté de 1,1% malgré les conditions climatiques défavorables. Deuxio : le nombre d’arrivées de touristes en février 2019 était au même niveau qu’en février 2018. «Cela s’explique principalement par la diminution des arrivées de touristes en provenance de Chine et d’Inde, en raison de la réduction de la capacité de transport aérien de 6 500 places, entraînant une baisse de 5,6%», a-t-il indiqué.

Tertio : le nombre total d’arrivées de touristes en mars 2019 a diminué de 4,5%, principalement parce que les vacances de Pâques sont en avril.

«Pas fiable et trompeur»

Il a rappelé à la Chambre que Statistics Mauritius est l’autorité responsable de la compilation et de la publication des statistiques officielles du pays, y compris du secteur du tourisme.

Donnant une définition du tourisme par l’Organisation Mondiale du Tourisme, Anil Gayan s’est plaint que le taux de baisse avancé par XLD dans sa PNQ «n’est pas fiable et trompeur.»

En revanche, Anil Gayan a souligné que la connectivité aérienne est essentielle à la croissance du tourisme étant donné que l’Ile Maurice est une destination  lointaine avec 99% du total des touristes arrivant par voie aérienne. «Nous n’avons pas de frontière territoriale qu’un touriste peut simplement traverser pour atteindre Maurice», a-t-il dit.

S’agissant de la partie de la question qui concerne les concurrents de l’océan Indien, à savoir les Seychelles, les Maldives et le Sri Lanka, Anil Gayan a insisté :  «Contrairement à Maurice, ils ont adopté une politique de ciel ouvert. Une politique de l’aviation libérale implique que les compagnies aériennes disposent d’une totale flexibilité pour répondre aux demandes et aux opportunités du marché. Les passagers bénéficient des options de voyage et de vol les plus larges possibles à des tarifs concurrentiels.»

Le ministre du Tourisme a argué que par rapport  concurrents directs, Maurice a été moins performante en raison d’une réduction de la capacité de transport aérien de janvier à mars 2019, comme suit:

«Un secteur soumis aux aléas de la géopolitique»

  • Chine – 24 vols équivalant à une diminution de 7 200 sièges; (ii. Inde – 17 vols correspondant à un déficit de 5 100 sièges; et (iii. Royaume-Uni – 13 vols représentant une baisse de 4 200 sièges.

«Le tourisme est un secteur soumis aux aléas de la géopolitique, des guerres commerciales, des attaques terroristes, des tensions internes en France et au Royaume-Uni. La Chambre est consciente que le dimanche, lors des célébrations de Pâques, le Sri Lanka a été la cible de plusieurs attentats à la bombe coordonnés. À l’heure actuelle, 290 personnes sont mortes et plus de 500 blessées. J’espère que le tourisme y sera résilient», a souhaité Anil Gayan.

Cela avant d’ajouter : «Il est prématuré de prédire le scénario de croissance du secteur sur la base des performances du premier trimestre de l’année car les réservations à terme pour les trois prochains mois indiquent une croissance positive de 3%. De plus, selon Statistics Mauritius, le secteur devrait croître de 3,6% pour atteindre 1 450 000 touristes, ce qui est bien au-dessus du taux de croissance de 3% requis pour atteindre 2 millions de touristes d’ici 2030.»

Il a soutenu que depuis qu’il occupe le porte-feuille du Tourisme en 2017, il tient régulièrement des réunions avec tous les hauts fonctionnaires de la MTPA pour examiner les progrès accomplis sur le marché et réfléchir à des stratégies permettant de faire face aux enjeux.

«Actions de marketing»

«Pas plus tard qu’hier, j’ai eu une réunion avec la MTPA et nous avons discuté des actions de marketing qui devraient être envisagées dans le contexte actuel pour inverser la tendance à la baisse», a-t-il renchéri. Cela sans compter sa rencontre mensuelle avec le président et le directeur de la direction d’AHRIM en vue d’examiner la situation dans le secteur du Tourisme et discuter des mesures à prendre pour soutenir la croissance du secteur.

En vue de développer une approche plus réaliste et pragmatique du marché chinois, il a fait état d’un atelier de haut niveau avec la participation de la MTPA, comprenant son représentant des relations publiques basé en Chine, la direction générale d’Air Mauritius et les capitaines du secteur hôtelier, qui s’est tenu sous la présidence de M. Arnaud Martin, membre du conseil d’administration de la MTPA et consultant auprès d’Air Mauritius, à réfléchir aux défis à relever et à élaborer une stratégie cohérente pour continuer à exploiter le marché chinois. «Nous avons déjà pris plusieurs mesures pour stimuler le marché indien», a-t-il souligné.

Lors des questions supplémentaires adressées au ministre Gayan, le leader de l’Opposition a demandé quelles sont les actions qui ont été prises au cours de cette dernière décennie, marquée par une «crise dramatique» dans le secteur touristique. Anil Gayan a répliqué qu’il n’a rien reçu dans ce sens du Bureau Central des Statistiques. «Nous devrions être consistants. C’est vrai, il est établi que des touristes venus sur les bateaux de croisières passent du moins une nuit à Maurice», a-t-il soutenu.

«Crise dramatique»

Arguant qu’il parle sur des faits, Xavier-Luc Duval a mentionné plusieurs pays, dont le Royaume Uni, l’Australie, Malaisie, desquels Maurice a enregistré une baisse de 10%, 20% et entre 10 et 20%, respectivement.

Revenant à la charge en faisant état de «crise dramatique dans le secteur touristique», le leader de l’Opposition en a demandé les vraies causes. «I don’t want to play politics with the Tourism Industry. One must remember that everytime when the PMSD was at the command of the Tourism Industry everything collapsed»,  a martelé Anil Gayan.

Concédant qu’il y a eu une baisse dansd les arrivées touristiques au cours du 1er trimestre de 2018 ( janvier à mars), Anil Gayan a maintenu : «Aussi, nous devrions être réalistes» Réagissant à certaines remarques, venant des bancs de l’opposition, le ministre du Tourisme s’est exclamé :«( Ah bon pour lui (Xavier-Luc Duval, ndlr), au cours de la période 2008-2009, c’était le Chikungunya ! I will answer what I have to answer. Le Tourisme est vulnerable. Cette industrie à toutes sortes de choses qui se passent à travers le monde. Non seulement, le Chikungubya.»

Face à XLD qui a tenté d’établir un parallèle entre certains pays, à l’instar des Seychelles qui enregistrent des augmentations dans le nombre des arrivées touristiques, contrairement à Maurice, Anil Gayan a insisté : «Cela découle de la politique d’air access que prône ces pays. C’est la résultante de modèles de politique du Tourisme, adoptés par ces pays.»

Tourisme : 24% au GDP

Arguant que le Tourisme contribue à hauteur de 24% au GDP, XLD a demandé au ministre qu’elles sont les mesures qu’il envisage de prendre pour renverser la vapeur. A cet effet, il a mentionné l’initiative prise par les Seychelles de préconiser des vols directs au Kenya, ainsi qu’en Afrique. «Je dois me référer aux articles de presse faisant mention de ‘Maurice qui brillait dans le passé. Mais que tel n’est plus le cas aujourd’hui’», a déclaré XLD.

Anil Gayan a répondu en affirmant que Maurice étant un petit pays doit faire face à la réalité. «Nous n’avons pas de grandes palaces et autres centres d’attractions, comme c’est le cas dans les grands pays. Et, nous voulons que des touristes viennent chez-nous pour dépenser leur argent», a souligné Anil Gayan.

Poursuivant ses questions supplémentaires, XLD a demandé au ministre du Tourisme s’il envisage de revoir le planning, le fonctionnement des établissement hôteliers, le nite life, entre autres. «Bien évidemment que nous envisageons de rehausser le niveau. Par exemple, nous voulons faire de la Citadelle un centre de loisirs. Nous pensons sur l’événementiel en vue d’attirer davantage de touristes», a maintenu Anil Gayan. Il a souligné que la Citadelle est en train d’être réaménagée.

Concept des Iles Vanille

Répondant à une question de Xavier-Luc Duval qui s’est plaint de «ne rien voir sur les Iles Vanille, vu que des efforts y ont été fait et de l’argent injecté», le ministre du Tourisme a répliqué : «J’ai assisté à une réunion, cette année. Comment le leader de l’Opposition peut-il dire de telles choses» En revanche, il a dit reconnaître que les croisières constituent un segment important dans le concept Iles Vanille.

Par ailleurs, Xavier-Luc Duval a demandé où est passé le Plan Stratégique sur le Tourisme, de même que le Steering Committee. «A-t-il été jeté à la poubelle ?», s’est interrogé XLD. C’est à quoi, Anil Gayan a répondu : «Non, il n’a pas été balancé à la poubelle. Nous sommes à la recherche d’autres marchés niches. Nous voulons diversifier»

PNQ : «Une augmentation des arrivées touristiques de 3,5% au 22 avril 2019»