Le Political Financing Bill rejeté par manque d’une majorité de 3/4 
Actualités Edito Editor's Picks

Political Financing Bill : Qui osera dire « NON » ?

Les partis politiques (petits ou grands) ont tous besoin d’argent pour fonctionner. Et les ressources pour financer leur parti respectif sont multiples. Il y a bien certainement le financement privé assuré par les particuliers, les militants ou encore les élus.

D’où vient cet argent ? S’agit-il d’argent propre ? Et pourquoi le système de financement peut-il être discutable ? Autant de questions qui sont, depuis tant d’années, restées sans réponses. On a longtemps entendu parler d’une loi à venir sur les financements politique. Mais ni les leaders politiques, à l’instar du muet Paul Bérenger au Parlement, l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam ou encore moins Xavier Luc Duval ont eu l’audace de présenter un projet de loi sur le financement politique lors de leur longue carrière d’ABC*.

Aujourd’hui, l’actuel chef du gouvernement, a eu le courage et la détermination de prendre le taureau par les cornes en prégnant ses bonnes intentions sur ce dossier. Ce qu’il propose est simple : chaque parti politique doit tenir des comptes et un registre de ses donateurs. Une copie de ce projet de loi a d’ailleurs été circulée parmi tous les parlementaires. En gros ce que Pravind Jugnauth propose est opaque :

  • l’enregistrement des partis politiques
  • la règlementation stricte des donations politiques
  • l’obligation aux compagnies de déclarer toutes donations aux partis politiques
  • le relèvement du seuil de dépenses aux élections à un niveau réaliste
  • l’obligation pour les partis politiques de déposer leurs comptes/bilans financiers annuels audités
  • l’attribution des pouvoirs accrus à l’Electoral Supervisory Commission, y compris celui d’émettre des directives et avertissements

Toutefois, il semble que malgré avoir crier sur tous les toits sur la nécessité d’une loi sur le financement des partis politique, on trouve que plusieurs dirigeants de l’opposition se sont prononcés contre. De quoi ont-ils peur ? Qu’on découvre qu’ils possèdent des liasses de billets se comptant par millions, tout comme cela a été le cas pour le Lion du Parti travailliste.

Ce mardi 9 juillet sera à jamais gravé dans les annales politiques… Les membres de l’Opposition sont à la croisée des chemins et la balle est dans leur camp.

D’un côté, l’histoire jugera sévèrement ceux qui voteront contre ce projet de loi. Sur un autre note, le nom de celui qui a eu l’audace de présenter un tel projet de loi dès son premier mandat, celui de Pravind Jugnauth.

En somme, si on prend l’avis du peuple sur cet épineux sujet, on entendra dire que le parlementaire qui ne vote pas doit avoir un coffre caché quelque part. Peut-être pas très malin comme analyse, on a tendance à donner raison au peuple après les Rs 220 millions découvertes dans un fameux coffres-forts dont la provenance n’a toujours pas été expliqué, et peut-être même inexplicable.

N’est-ce pas que le peuple a toujours raison… !

*ABC : Assizé Bez Cash

Political Financing Bill : Qui osera dire « NON » ?