Pollution sonore : ultimatum jusqu'au 23 février lancé à Washright par les habitants
Exaspérés par une situation qui a trop duré, les habitants ont contraint un camion citerne, rempli de carburant pour le compte de l'usine de rebrousser chemin.
Actualités

Pollution sonore : ultimatum jusqu’au 23 février lancé à Washright par les habitants

Les habitants de le Hochet Terre-Rouge lancent un ultimatum à la direction de l’usine Washright pour mettre un terme à un problème de pollution sonore, provoqué par l’entreprise.Ils en ont le ras le bol de ce problème qui perdure dans ce quartier hautement résidentiel depuis plusieurs années. Lassés d’attendre à un l’assainissement de ce problème environnemental et ce après plusieurs avertissements, les résidents n’ont pas tardé à exprimer leur colère.

Exaspérés, ils ont descendu dans la rue dans la soirée de mardi 18 février. Outre des bruits un bruit assourdissants, causant une pollution constante, des émissions d’épaisses fumées noires, agrémentées des odeurs nauséabondes, émanent de cette usine, spécialisée dans le nettoyage. Elle est accusée de ne pas respecter les normes environnementales qui lui sont imposées par les autorités du pays. 

Des habitants de Le Hochet/Terre Rouge exaspérés se sont massés devant l’usine Washright, hier soir, 18 février.

Il est 16 h,mardi. Alors que beaucoup de personnes cherchent à se reposer ou même passer un moment en toute paisibilité. Ils sont incommodés par des bruits assourdissants. En début de soirée, les habitants pensent que cette pollution sonore allait cesser, mais à leur grand étonnement, les bruits incessants ont repris de plus belle vers 19h30. Exaspérés par une situation qui a trop duré, les habitants ont contraint un camion citerne, rempli de carburant pour le compte de l’usine de rebrousser chemin.

Cela constitue la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. « Enn tapaz depi gramatin, nu komprend zot pe travay, pas kumsa, mo madame pas kapav repose ek lorla pas zis machine ki fer tapage, mais personnel lizinn laem kozer fort fort, zurer, zot pena respect”, dénonce Faizal, un habitant de la région, dont l’épouse attend un enfant, ne peut pas se reposer.

Ce problème de pollution sonore ne date pas d’hier. Malgré les diverses complaintes auprès des autorités concernées, les habitants déplorent l’inaction des instances décisionnelles. La situation aurait pu dégénérer hier soir, fort heureusement que les esprits se sont calmés. De ce fait, les habitants de la région ont lancé un ultimatum à l’usine. Ils demandent une rencontre avec la direction de Washright, les députés de la circonscription no 4 (Port-Louis Nord/Montagne Longue). « Dernier avertissement, si pas pou fer nanier pou nu, nu pou descann dan lari enkor ek nou pou alert lopinion piblik. Trop, c’est trop! Se enn zone résidentielle isi, pas industrielle, » martèlent les habitants.

Pollution sonore : ultimatum jusqu’au 23 février lancé à Washright par les habitants