Bhim Sunnassee, demande une rencontre avec le premier ministre au plus vite pour régler les malentendus et trouver un terrain d’entente avant que la grève soit entamée.
Actualités

PRA : « Zot inn mal renseign PM, nu ouvert au dialog »

 La PRA a réagi par rapport à la déclaration du Premier ministre dimanche dernier sur la grève annoncée des pompistes. Bhim Sunnassee, le président de l’association affirme que le Pravind Jugnauth a mal été renseigné et que la PRA est disposée à négocier les termes de la grève prévue pour le 11 novembre.

L’économiste Arvind Nilmadhub a expliqué que cette grève affectera les consommateurs alors que l’avocat Neelkanth Dulloo avance, lui, que cette grève est organisée à travers le et monde que c’est le droit de la PRA d’exprimer leur mécontentement. Il soutient qu’il est important que les deux parties négocient pour que la population n’en fasse pas les frais. Ashit Gungah affirme que la révocation de leur permis n’est pas à écarter.

PRA : «Zot inn mal renseign premie minis»

Pravind Jugnauth avait dit lors de son discours ne pas croire dans la menace mais plutôt dans le dialogue.

 «Zot inn mal renseign premie minis, nu oussi nu ouvert au dialog. Dan le passe Pravind Jugnauth inn regle boku problem ek nu kone ki li pou kapav regler nu problem oussi», déclare Bhim Sunnassee. Le président affirme qu’il ne veut créer aucun chaos dans le pays et que c’est parce que la Petrol Retailers Association (PRA) n’a pas eu d’autre choix que d’avoir eu recours à une grève qu’ils ont pris cette décision lors de leur assemblée générale. Et ils n’ont eu aucun retour de la part des autorités concernées non plus. «Personn pa declenche enn la greve zis coumsa, bizin ena enn vre problem pou ki nu al de lavan ek sa la grev la».

Une rencontre avec le Premier ministre sollicitée…

Bhim Sunnassee, président de la PRA (à dr) demande une rencontre avec le Premier ministre pour trouver un terrain d’entente.

Cependant, la déclaration du Premier ministre le week-end dernier, disant ne pas céder à la menace, les désolent. Ainsi, il reconsidère les négociations. Bhim Sunnassee, demande une rencontre avec le Premier ministre au plus vite pour régler les malentendus et trouver un terrain d’entente avant que la grève ne soit entamée. C’est dans ce contexte, qu’une lettre a été déposée lundi 29 octobre au Prime Minister’s Office (PMO). Le président de la PRA est convaincu que le Premier ministre saura ramener la situation à l’ordre. «Mo inn bien aprecie ki Premie minis inn abord le sujet ek ki li dir li krwar en le dialog akoz samem nu envi enn rencontre avec li pou eclaircir sa bann desacord la», explique Bhim Sunnassee. Mais ce dernier avance que si le chef du gouvernement refuse de les rencontrer, la grève sera maintenue.

 Ashit Gungah : la révocation de leur permis n’est pas à écarter…

Ashit Gungah met en garde les pompistes qu’ils risquent de se faire retirer leur permis.

Ashit Gungah, le ministre du Commerce maintient qu’il a eu plusieurs rencontres avec la Petrol Retailers Associations et maintient que la marge de profit de 7 sous est raisonnable car le quantum a été calculé, selon le Consumer Price Index (CPI) pour les compagnies pétrolières et les gérants de stations de service. Toutefois, le ministre met en garde les pompistes. Il les rappellent que cette grève pourrait jouer en leur défaveur. «Ena enn clause entre la NTA et les retailers ki dire ki zot «shall keep their station open on week days entre 6 h et 20 h et les dimanches et congés publiques entre 6 h et 12 h. Au cas contraire nous pou prend bann actions ek cancel zot permis», prévient-il.

Que risquent les consommateurs et l’économie du pays ?

Un ralentissement et une diminution dans l’activité économique : c’est ce qui attend le pays si cette grève des pompistes a bien lieu. Les consommateurs et les entreprises seront les plus touchés car leur niveau de production sera revu à la baisse surtout à l’occasion des fêtes de fin d’années. Arvind Nilmadhub, économiste, estime que cette grève va affecter les consommateurs et les entreprises car les stations de service jouent un grand rôle dans l’économie et ce n’est pas que les automobilistes qui seront pénalisés mais la population en général. «Il est possible de trouver un autre mécanisme pour que les deux parties soient satisfaites. En effet, le dialogue doit primer dans ce cas pour mettre les différends de côté et assurer le bien-être des citoyens», déclare-t-il.

Par ailleurs, l’homme de loi, Neelkanth Dulloo rappelle qu’une grève de ce genre a déjà eu lieu en 2014 pour les mêmes raisons mais qu’un accord a été trouvé pour que cette grève ne perdure pas. «Cette grève est tout à fait légale, d’ailleurs plusieurs pays même en Angleterre a déjà eu recours à une grève du même genre. Mais comme il y a une clause entre la NTA et les retailers où des sanctions peuvent être appliquées, il est préférable de d’ouvrir  la discussion afin que tous les parties concernées et aussi la population en ressort gagnantes».

PRA : « Zot inn mal renseign PM,  nu ouvert au dialog.. »