Parlement – Economie: le Budget 2019-2020 présenté le 10 juin
Actualités

Pravind Jugnauth : « Il y a un excédent de liquidités dans le système bancaire… »

Le ratio de l’épargne intérieure brute au PIB était de 10,6 % en 2014, de 10,4 % en 2015, de 11 % en 2016, de 10 % en 2017 et de 9 % en 2018. Pour 2019, Statistics Mauritius prévoit un taux d’épargne intérieure brute plus élevé de 9,5 % par rapport au PIB.

À la demande du ministère des Finances et du Développement économique, le FMI a réalisé, dans le cadre de la consultation de 2019 sur l’article IV, une étude sur l’épargne privée, qui est le principal contributeur à l’épargne nationale à Maurice. Au cours de cet exercice, le FMI a eu de longues discussions avec le ministère ainsi qu’avec la Banque de Maurice. Les principales conclusions de l’étude du FMI sont les suivantes :

  • Les deux principaux déterminants de l’épargne privée à Maurice sont le taux d’intérêt sur les dépôts et la croissance économique.
  • L’épargne privée à l’Ile Maurice ne semble pas réagir fortement aux tendances démographiques. Selon le FMI, un taux de dépendance des personnes âgées qui augmente rapidement exige un niveau d’épargne plus élevé. C’est pourquoi, dans le discours du budget 2019-2020, Pravind Jugnauth avait annoncé que le gouvernement émettra deux Silver Bond à un taux d’intérêt annuel de 5,5 % pour les personnes âgées afin d’améliorer le rendement de leurs économies et aussi pour encourager l’épargne en vue de la retraite.
  • Compte tenu des caractéristiques économiques et démographiques de l’île Maurice, le taux d’épargne privée est d’environ 3 % du PIB inférieur au potentiel.

Il y a eu plusieurs autres études sur les déterminants du taux d’épargne par des chercheurs indépendants, en particulier, à l’Université de Maurice montrant que le taux d’intérêt réel et le niveau de revenu sont des déterminants du niveau de l’épargne à Maurice, mais le revenu a une influence plus forte.

En ce qui concerne l’impact de l’épargne sur le taux de croissance du PIB, dans la mesure où un faible taux d’épargne reflète un taux de consommation élevé, il sera positif, car une augmentation des dépenses de consommation stimulera la croissance économique au moins à court terme.

À long terme, un faible taux d’épargne peut avoir un impact négatif sur la croissance s’il n’y a pas suffisamment d’épargne intérieure pour financer les investissements. Toutefois, ce n’est pas le cas à Maurice, car malgré la faiblesse de l’épargne intérieure, le système bancaire dispose de suffisamment de liquidités pour financer les investissements. En fait, depuis plusieurs années, il y a un excédent de liquidités dans le système bancaire.

Pravind Jugnauth : « Il y a un excédent de liquidités dans le système bancaire… »