Actualités Politique

Ptr: les candidats «casseroles» et «cotomili» sur la table de la cuisine rouge

A l’approche de nouvelles élections générales, la guerre des tickets est monnaie courante au sein du Ptr, avec en toile de fond des considérations castéistes et communautaristes, à tel point que cela se traduit comme un vrai casse-tête chinois pour Navin Ramgoolam. Les candidats tous confondus, dont les «casseroles» et «cotomili» s’affrontent à un jeu de positionnement en vue d’obtenir une investiture sur la table de la cuisine rouge.

A bien des égards, deux candidates «cotomili» probables sont montées au créneau, au cours de ces dernières semaines pour faire valoir leurs qualités, charmes et prestations auprès du leader des Rouges. La première, directrice d’un institut de beauté et de bien-être, s’active dans une circonscription dans le nord du pays pour l’obtention d’un ticket. Anciennement Rouge, elle était passée à l’Orange en 2014, vu qu’elle n’avait pas obtenu l’investiture de son parti chéri. Insatisfaite de n’avoir pas pu réaliser ses rêves ou encore assouvir ses désirs les plus ardents, dont devenir l’ambassadrice de Maurice en Inde. Vu que ses autres projets d’envergure dans la Grande Péninsule n’ont pas abouti, elle y a laissé des plumes. Elle a attiré les foudres des internautes sur elle. De nouveau, elle tourne dans le giron du Ptr.

Quant à l’autre éventuelle candidate, considérée comme la diva de l’est, elle se positionne sans relâche pour l’obtention d’un ticket dans une circonscription phare. Active sur le terrain, elle est présente aux funérailles de personnes décédées de ladite circonscription. Elle courtise les associations féminines de la région. Aussi, elle conseille aux personnes malades ou leurs proches de se faire ausculter par son fils, médecin.

Lors de certaines fonctions ou autres activités du parti, elle se met en avant pour se faire remarquer par son leader. «Or, c’est peine perdu, chaque action qu’elle fait ou chaque phrase qu’elle prononce elle fait reculer le Ptr et fait perdre des points à Navin Ramgoolam. Un état de fait qui met sournoisement le leader des Rouges dans tous ses états», affirme-t-on dans les milieux du Ptr.

Ainsi, il est révélé que ce membre en vue du Ptr à l’allure de mannequin a fait des frasques, du temps qu’elle travaillait au sein d’un corps parapublic, fleuron de l’Etat. «Toute dévouée, elle y a laissé à jamais ses empreintes à différents niveaux», a confié Navin Ramgoolam à un de ses proches collaborateurs.

Ces derniers temps on a beaucoup parlé de dynastie. Cette fois, Ashok Jugnauth veut parachuter sa fille au 8, en vue de mater avec son cousin, Premier ministre. Comme quoi, le père s’est fixé comme objectif de faire élire sa fille, là, où il a mordu la poussière, cela d’autant plus qu’il a un jugement du Privy Council en sa défaveur en 2008.

Retour dans la circonscription no 3, où Shakheel Mohamed, fort de ses prestations en tant que chef de file du Ptr au Parlement aspire à devenir  Deputy Prime Minister au sein d’un éventuel gouvernement dirigé par le Ptr. «C’est un piquant qui reste dans au travers de la gorge de Navin Ramgoolam», déplore-t-on dans les milieux des Rouges.

Au no 9, l’ancien PPS, Dhiraj Kamajeet, réputé pour l’enregistrement d’une bande pour l’obtention de postes par la PSC serait mal vu par ses anciens mandants pour «fausses promesses.»

Au no 11, on fait remarquer Lormush Bundhoo, considéré comme étant un cousin de Navin Ramgoolam, quitte sa circonscription no 6 (Grand Baie/Poudre d’Or) pour y élire domicile. Qui ne connaît pas Lormush Bundhoo, ancien ministre de la Santé et ancien secrétaire général des Rouges pour son arrogance, son mépris…pour des gens. Il est déploré que ce spécialiste du Marketing «n’arrive pas à travailler sous pression et stress. Il devient incontrôlable», dénonce un groupe de ses mandants au no 6.

Il y a aussi, Yatin Varma qui tourne dans les parages. La population a toujours en mémoire, le cas d’allégations contre lui par le jeuneFlorent Jeannot. La voiture de l’ancien Attorney General, étant impliqué dans un accident de la route avec le jeune Jeannot s’était plaint d’avoir été agressé par Yatin Varma. Ce qui lui a coûté son poste. Cette affaire avait fait couler beaucoup d’encre au cours de la période 2013-2014. Nombreux sont ceux au Ptr et dans la population qui ne souhaitent pas un retour de Varma aux affaires.

Dans la conjoncture, le leader des Rouges a lui-même affirmé à la presse que pour une circonscription, il y laisse travailler sur le terrain, sept à huit personnes, considérés comme de candidats potentiels. Au bout du compte, c’est lui qui a le dernier mot. Il fait un choix de seuls trois candidats. De ce fait, en conséquence des frasques et bruits assourdissants que font les «cotomili», mijotant dans les «casseroles», Navin Ramgoolam en sa qualité de chef cuisinier saura à quel moment se servir du couperet. Fidèle à ses habitudes bancales, il attendra la dernière minute pour choisir le bon grain de l’ivraie.

Ptr: les candidats «casseroles» et «cotomili» sur la table de la cuisine rouge