Quartier-Militaire : les bureaux de la CID et de l’ADSU ne fermeront pas !
Le bureau de la CID aussi bien que celui de l’ADSU de Quartier-Militaire, sont bel et bien opérationnels
Actualités

Quartier-Militaire : les bureaux de la CID et de l’ADSU ne fermeront pas !

Les habitants de Quartier-Militaire et les travailleurs sociaux peuvent se rassurer. Le bureau de la Central Investigation Division (CID) et celui de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) ne comptent pas fermer leurs portes comme annoncé dans la presse. Le quartier général de l’ADSU réfute cette information.

« Le bureau de la CID aussi bien que celui de l’ADSU de Quartier-Militaire, sont bel et bien opérationnels », nous confirme une source de quartier Général de l’Anti-Drug and Smuggling Unit. On laisse entendre que le seul changement qui pourrait y avoir est que les officiers de l’ADSU effectueront des opérations pas uniquement dans la région de Quartier Militaire, mais aussi dans celle de Flacq. «Il y a beaucoup de travail à faire dans la région de Flacq. C’est la raison pour laquelle on a déployé nos hommes pour couvrir plus de régions», ajoute-t-on.

Lutte contre la drogue : «Miser sur la formation et la récompense»

Interrogé à ce propos, le président de l’Association des Travailleurs sociaux de Maurice (ATSM) Ally Lazer, est catégorique : aucune région de l’île n’est à l’abri du fléau de la drogue. Selon lui, il est impératif de garder actifs les bureaux de la CID et de l’ADSU dans toutes les régions, et également augmenter les effectifs. «A okenn momen finn gagn penurie la drog dan Moris o kontrair, situation la drog pe empirer, bizin agir», concède-t-il. Le travailleur social explique que les officiers de l’ADSU font un métier à risque et mettent leur vie en péril lors des saisies et trafic de drogue et selon lui, c’est la raison pour laquelle les policiers sont réticents à l’idée d’intégrer l’Anti-Drug and Smuggling Unit.

Par ailleurs, le travailleur social soutient qu’il faudrait «miser sur la formation et la récompense des officiers de police» pour qu’ils soient prêts à toute éventualité. «Policiers pa motiver pou travay akoz zot mett zot lavi a risk me lezot ki pa merite ki gagn promotion. Bizin donn plis formation ek surtou encouraz ek recompens bann policiers pou fer enn bon travay akoz bizin plis effectifs pou combatt la drog», fait ressortir ce dernier.

Ally Lazer a soutenu que si les autorités et les travailleurs sociaux arrivaient à collaborer, le trafic et la consommation de drogue connaîtront une baisse à l’avenir.

 Quartier-Militaire : les bureaux de la CID et de l’ADSU ne fermeront pas leurs portes!