Rajiv Seethapah, un policier qui fait la fierté de Maurice aux Nations Unies
L'aventure de Rajiv Seethapah débute en 2005
Actualités Société

Rajiv Seethapah, un policier qui fait la fierté de Maurice aux Nations Unies

Rajiv Seethapah est sécurité rapproché et envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies au Congo. Le parcours entre Maurice jusqu’au Nations Unies n’était certes pas facile pour ce policier. Cependant, cet habitant de Vuillemin a fait de son rêve une réalité. Ce job aux Nations Unies, il le désirait tant !

Rajiv est marié à Pooja et le couple a trois enfants, Devid, 13 ans, Laksha, 10 ans et Kosina, 8 ans. C’est surtout grâce à leur soutien que le policier a pu concrétiser son rêve.

« C’était dur au début »

Rajiv avoue que c’était dur au début mais il soutient que c’était son ambition de rejoindre les services de sécurité des Nations Unies.

L’aventure débute en 2005

Il a rejoint les rangs de la force policière en 1992. En 2005, il est affecté à la Very Important Security Unit (VIPSU). Rajiv a pour mission de se charger de la sécurité des personnalités. Il nous raconte qu’il a eu le privilège d’assurer la sécurité de plusieurs personnalités politique.

Son aventure débute en 2005 à la conférence des Small Islands Developing States (SIDS). « J’étais émerveillé par le service de sécurité des Nations Unies », nous dit-il. C’est là où il décide d’être membre de ces forces de l’ordre.

Il entame ensuite plusieurs formations et est finalement sélectionné pour faire partie des services de sécurité des Nations Unies. Cela fait déjà 4 ans depuis qu’il est en poste au Congo.

« Ma famille me manque »

Rajiv Seethapah ne cache pas que sa famille lui manque terriblement, surtout en cette période de fêtes. Il explique qu’en raison de ses conditions de travail compliquées, sa famille n’a pu se déplacer au Congo. Cependant, ils sont tous constamment en contact à travers Whatsapp.

Il ajoute qu’au fil des mois, ses enfants ont compris que leur père est loin d’eux mais il est lié par le devoir.

Rajiv Seethapah relate qu’il y a très peu de Mauriciens aux Nations Unies. Il pense que probablement les gens hésitent avant de venir en Afrique. Il cite diverses raisons, telles que des maladies ou des actes de violences qui « possiblement inquiètent ».

Il explique surtout que le pays vit actuellement des moments difficiles avec les élections présidentielles de la République Démocratique de Congo (RDC). Rajiv Seethapah évoque toutefois de « grande expérience » en cette période.

« Maurice est un paradis »

Dans foulée, il affirme que notre pays est un paradis en faisant référence à la conjoncture politique actuelle en Afrique. « Il faut remercier Dieu pour cela », nous dit-il. Il explique que le travail aux Nations Unies est exigent mais qu’il a voulu relever le défi.

Rajiv Seethapah demande à ses confrères de ne pas avoir peur de l’Afrique. « Vini take the challenge », lance-t-il.

Comment les services de sécurités sont différents?

Il y a beaucoup de différences entre les services de sécurité des Nations Unies et ceux de Maurice, nous explique-t-il. Il précise que dans notre pays le niveau de risque n’est pas élevé, même si on doit toujours être sur ses gardes. « Le déploiement des forces de l’ordre aux Nations Unies est différent de celui de Maurice ».

Il affirme qu’à Maurice c’est la VIPSU qui se charge de la sécurité des personnalités alors qu’au Congo, il y a plusieurs effectifs qui sont mobilisés tels que les militaires. Rajiv Seethapah précise que l’Afrique c’est une zone de conflit permanent où tout peut arriver à tout moment.

« Il faut agir comme un chien de garde »

Nous lui demandons également si la transition de Maurice aux Nations Unies était difficile. Rajiv Seethapah explique qu’il a pu s’intégrer car il a entrepris plusieurs formations et examens aux Nations Unies. Il affirme toutefois que les critères de sélection étaient « sévères ».

« De bons formateurs au sein de notre force policière »

Il parle aussi de son expérience mauricienne avec divers professionnels qui lui ont aidé dans sa nouvelle aventure. « Sa in servi mwa », dit-il. Il nous explique qu’il y a de bons formations au sein de notre force policière.  Il ajoute également qu’il a beaucoup appris des professionnels internationaux.

Rajiv a des vacances bien méritées chaque deux à quatre mois. « Cela dépend de notre travail », dit-il. Il a quitté Maurice en novembre et sera peut-être de retour en janvier pour voir sa famille. « Sinon on se rencontre à quelques kilomètres entre Maurice et le Congo », nous dit-il tout sourire.

 Il demande à ses collègues de la force policière de ne pas avoir peur et de relever le défi. Dans la foulée, il souhaite une bonne et heureuse année 2019 à ses compatriotes.

Rajiv Seethapah, un policier qui fait la fierté de Maurice aux Nations Unies