PNQ: Pravind Jugnauth rend publiques ses démarches pour obtenir une copie du rapport préliminaire de l'Office de l'Integrity and Anti-Corruption de la BAD
Actualités

Rapport BAD: Pravind Jugnauth rend publiques ses démarches

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth a rendu publiques publiques ses démarches pour obtenir une copie du rapport préliminaire de l’Office de l’Integrity and Anti-Corruption de la BAD sur l’affaire Saint Louis. C’était lors de sa réponse à la PNQ du leader de l’Opposition, ce mardi 30 juin.

Que ce soit en ce qui concerne les allégations de pratiques frauduleuses et corrompues déployées par la Banque africaine de développement concernant l’appel d’offres pour le projet de réaménagement de la Centrale de St Louis, le Premier ministre a fait ressortir qu’il a déjà indiqué dans sa réponse à la PNQ du 11 juin 2020, il reçu une copie d’un communiqué de presse de la Banque africaine de développement indiquant que Burmeister & Wain Scandinavian Company (BWSC) a été débité pendant une période de 21 mois en vertu d’un accord de règlement entre la Banque et cette société, la raison étant que la société avait, selon la Banque, « in sanctionable practices in a power generation project financed by the Bank in Mauritius. »

Le communiqué de presse indique qu’en 2014 et 2015, le BWSC a participé à des appels d’offres pour le réaménagement de la centrale de Saint-Louis à Maurice, un projet financé par la Banque. Elle a en outre déclaré qu’une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque avait conclu qu’il est plus probable que le contraire que la société s’était livrée à des pratiques frauduleuses et corrompues dans le cadre de ce projet.

« J’ai également informé la Chambre que, le 9 juin 2020, le ministère des Finances avait demandé une copie du rapport. Le 10 juin 2020, la Banque a répondu que, conformément à ses lignes directrices et à ses politiques, les rapports d’enquête compilés par son Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption ne pouvaient être partagés en dehors d’un processus de renvoi aux autorités répressives, » ajoute Pravind Jugnauth.

Le même jour, l’Attorney General a personnellement écrit au Directeur de la Région Afrique australe de la Banque pour demander une copie du rapport. Le 11 juin 2020, la responsable a répondu qu’elle avait transmis la demande au Directeur du Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque. Entre le 12 et le 15 juin 2020, l’‘Attorney General a échangé plusieurs correspondances avec le Directeur du Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque sur la même question.

Le 15 juin 2020, le Directeur de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a écrit au Directeur général du BWSC et lui a demandé : « fully cooperate with and assist in good faith the ICAC and the Attorney General’s Office of the Republic of Mauritius, » cite Pravind Jugnauth.

« Je souhaite informer la Chambre que, le 14 juin 2020, nous avons simultanément demandé au Directeur exécutif de notre Circonscription à la Banque africaine de développement d’exprimer au Président notre profonde préoccupation sur la question et le préjudice que cette annonce de presse cause au pays. De plus, nous avons demandé que le président soit informé que le gouvernement souhaite prendre des mesures immédiates pour maintenir l’intégrité de notre compétence, » avance le Premier ministre.

De quoi, le 18 juin 2020, le Président de la Banque a informé l’Etat mauricien qu’il avait dirigé le Bureau de l’intégrité et des corruption responsable de l’enquête sur les allégations d’inconduite commises à l’égard de ce projet financé par la Banque, afin de s’assurer que les informations requises, le cas échéant, sont mises à la disposition du gouvernement mauricien dans ces circonstances inhabituelles.

Le 19 juin 2020, une nouvelle demande a été adressée au Directeur du département de la corruption de la Banque africaine de développement pour la présentation d’une copie du rapport d’enquête afin de permettre au gouvernement de répondre rapidement à la question et de prendre les mesures appropriées sans délai.

« La Banque a présenté un résumé du rapport d’enquête que j’ai reçu le 23 juin 2020 précisant clairement que ce rapport contient des documents très sensibles et est strictement confidentiel. En outre, il a été mentionné que le rapport est fondé sur une évaluation approfondie du rapport du BWSC, » a fait ressortir Pravind Jugnauth.

Rapport BAD: Pravind Jugnauth rend publiques ses démarches