Rapport sur le Centre Culturel Islamique : accablant !
Les auteurs du rapport recommandent une restructuration complète de l'ICC et que l'organisation du Hadj soit confiée à une autre institution
Actualités

Rapport sur le Centre Culturel Islamique : accablant !

Un Internal Control Report du ministère des Finances, faisant état de la mauvaise gestion du Centre Culturel islamique (ICC), fait grand bruit actuellement. Cela concerne principalement l’organisation du Hadj. Des chèques émis sans autorisation, un cash-book over-credited, paiement effectué à un encien membre du Board, sont autant de faits reprochés au ICC. Les auteurs du rapport recommandent une restructuration complète de l’ICC et

« que l’organisation du Hadj soit confiée à une autre institution ».

L’internal Control Report a compilé des données datant de janvier 2016 à février 2018. L’administration est pointée du doigt, comme le fait que cette institution n’a pas de directeur depuis 2010. Toujours selon le rapport, un ‘cashbook’, pour la période terminant le 30 juin 2017 a été ‘over-credited’ de Rs 100 000. Ce qui a attiré l’attention des auteurs du rapport c’est que le chèque en question a été annulé.

Autre point souligné dans le document, c’est la somme de Rs 52 431, payée à un ex-membre du conseil d’administration. L’Internal Control Report souligne également le fait que mention n’est faite nulle part des donations faites à l’ICC. D’autres paiements non autorisés, comme celui de Rs 382 260 pour l’achat d’un terrain à un « unapproved Service provider » ont aussi été faits, selon le rapport.

Ce qui attire aussi l’attention le manque de transparence dans les transactions effectuées par l’ICC, concernant les pèlerins du Hadj. A cet effet il est souligné qu’il y « a high risk of manipulation regarding the process of registration of potential Hadjis, the selection and removal from the Hadj register… The use of fictitious name ‘Mauritius Pilgrims Affairs’ was used in the contract agreement signed by operators... »

Les recommandations : restructuration complète

Au chapitre des recommandations, les auteurs conseillent une restructuration complète de l’organisation et une amélioration du contrôle interne. Les auteurs recommandent aussi que l’organisation du dossier Hadj soit mise confiée à une autre institution, ce afin de «safeguard the welfare of the pilgrims and to properly organise and cordinate Hadj activities».

Réunion Forces vives – ICC vendredi

Notons que le contenu du rapport jugé accablant a provoqué, le vendredi 25 janvier dernier, une réunion entre plusieurs dirigeants des forces vives de la capitale et le board de l’ICC.

Dans une déclaration à Inside News, le travailleur social, Salim Muthy, porte-parole des forces vives dit ne pas être satisfait des arguments fournis par la direction de l’ICC. Il a affirmé que cette situation le préoccupe énormément. « La direction de l’ICC, lors de la réunion de vendredi nous a fait comprendre que le rapport contenait plein de faussetés. Mais je ne suis pas convaincu par leurs propos !», souligne-t-il. Car, précise-t-il, « il y a des points fondamentaux qui ont été mentionnés dans ce rapport d’audit qui sont accablants. Surtout qu’on parle là de l’argent des contribuables ! », s’insurge-t-il. Salim Muthy cite, d’ailleurs, comme exemple, les dépenses inutiles faites par l’ICC : « l’embauche d’un chauffeur, alors qu’il n’y a pas de véhicule !», martèle-t-il.

Que compte-t-il faire ? Salim Muthy avance qu’il analysera une fois de plus l’Intrenal Control Report du ministère des Finances et par la suite, il sollicitera une rencontre avec le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth et le ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun.

Sollicité pour une réaction, Hussein Soobratty, président de l’ICC a fait comprendre que des «feedback» ont déjà été soumis au ministère des Arts et de la Culture. « On va discuter avec les personnes concernées pour trouver comment faire pour améliorer les choses…», précise-t-il. Par contre, Il s’est abstenu de faire des commentaires sur les ‘findings’ du rapport. « On procède par étape… On a soumis nos commentaires. Attendons voir. On veut que les choses s’améliorent. On communiquera en temps et lieu », fait-il ressortir.

Rapport sur le Centre Culturel Islamique : accablant !