Relance agricole: un Crop Loan d’une enveloppe de Rs 200 M proposé par des planteurs
Les petits planteurs réitèrent leur demande pour l’octroi d’un Crop Loan d’une enveloppe de Rs 200 M auprès de la Banque de Développement pour la relance de la production agricole à Maurice en cette période de couvre-feu sanitaire et post-confinement
Actualités

Relance agricole: un Crop Loan d’une enveloppe de Rs 200 M proposé par des planteurs

Les petits planteurs réitèrent leur demande pour l’octroi d’un Crop Loan d’une enveloppe de Rs 200 M auprès de la Banque de Développement pour la relance de la production agricole à Maurice en cette période de couvre-feu sanitaire et post-confinement. C’est ce qui ressort d’une réunion de suivie, présidée par le Senior Chief Executive du ministère de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire, Bojrazsing Boyramboli avec de représentants de petits planteurs, convoquée, hier après-midi, mercredi 22 avril.

Cette proposition qui fait son chemin au bout de trois réunions avec les petits planteurs s’inscrit dans une persoective des stratégies d’action à court, moyen et long termes sur des superficies de terres totalisant 278 hectares (voir tableau ci-dessous)

“Lors de cette réunion de suivi, nous avons développé de stratégies pour aller de l’avant avec la relance de la production de légumes”, a affirmé le secrétaire de la Small Planters’ Association, Kreepalloo Sunghoon, à l’issue de cette réunion. Il a souligné que les responsables de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire, de concert avec les représentants de planteurs ont mis au point un plan de relance au coût de Rs 200 M, contracté auprès de la DBM sous forme de Crop Loan, destiné à la communauté de planteurs. Il a souligné que selon les termes  de ce plan, élaboré pour les 3 premiers mois, la période de remboursement ne doit pas dépasser 6 à 9 mois, selon le type de légume à être mis sous culture. Le même fonds doit continuer à rouler, suggèrent les planteurs.

La proposition des planteurs qui a fait son chemin au bout de trois réunions avec les petits planteurs s’inscrit dans une persoective des stratégies d’action à court, moyen et long termes sur des superficies de terres totalisant 278 hectares

Facilités techniques et de la logistique

Dans cette perspective, Kreepalloo Sunghoon a réitéré la nécessité de pourvoir les facilités techniques et de la logistique aux planteurs pour la réussite de ce plan de relance.

“Le ministère et ses agences doivent se montrer facilement disponibles pour les producteurs pour la mise en oeuvre du plan”, dit-il. Le secrétaire de la SPA a suggéré la nécessité d’obtenir les services d’un “crop biometrician” en vue d’aider à la planification. Il a fait remarquer qu’il  a été proposé de diviser le pays en quatres régions et de mettre en oeuvre le plan pour les trois prochains mois (fin-avril à fin-juillet)

“Ce plan peut être divisé en sous-zones au sein des régions pour mieux cibler les planteurs. La priorité doit être donnée aux planteurs, qui ont l’habitude de planter pendant cette saison et qui sont propriétaires ou détenteurs de baux en vue de facilitera la mise en œuvre le plus tôt possible”, a argué Kreepalloo Sunghoon.

Les planteurs maintiennent que la majorité d’entre eux sont déjà actifs et que ceux qui ne le sont pas, devront être motivés. “A ce chapitre, des contacts individuels par téléphone sont très importants pour le succès”, renchérissent-ils.

Autre sujet de discussion des planteurs à cette réunion a porté sur la nécessité d’augmenter la capacité d’entreposage de l’Agricultural Marketing Board (AMB) et l’évaluation de la capacité d’entreposage du privé.

Autres enjeux

Les autres enjeux abordés par les planteurs comprennent la “chaîne de distribution qui n’a pas été correctement traitée”, cela d’autant plus que les producteurs ont encore beaucoup de légumes à portée de main. Certains se plaignent d’être “toujours persécutés par la police.”

Les producteurs de fleurs se disant être “techniquement surnuméraires”, ont réitéré que leur demande de 30 hectares de terres du Sugar Investment Trust (SIT) pour la culture de pommes de terre soit examinée. Ils disent être déjà en discussion avec les parties concernées.

S’agissant des planteurs de Dubreuil, ils sont dans l’attente d’un “engagement positif” par rapport à leur demande pour d’utilisation de l’eau de rivière / canal à des fins d’irrigation pendant les périodes sèches.

Mention est faite de prestataires de services (vendeurs de produits chimiques) qui sont toujours en attente de leur Business Work Permit, dont leurs demandes ont été déposées depuis deux semaines.

Relance agricole: un Crop Loan d’une enveloppe de Rs 200 M proposé par des planteurs

A lire aussi: https://www.inside.news/un-crop-loan-scheme-finance-a-70-destine-aux-planteurs-des-legumes-propose/?fbclid=IwAR27jBKgNmQ0KdlaXXC8mighcVSssHW_wWEMXIxAEXIoId